Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:54

enseignes.jpg

 

 

Les services de Bercy s’en tirent plutôt à bon compte. Les distributeurs auraient en effet pu espérer un remboursement d’environ 1,6 milliard d’euros.

 

Les chaînes d’hyper et supermarchés s’apprêtent à recevoir des chèques des services fiscaux, pour un montant total de 200 millions d’euros. Il s’agit du remboursement partiel d’une taxe sur les achats de viande, indûment prélevée par le fisc.

C’est la conséquence, révélée par le site spécialisé dans la distribution leblogmulliez.com, d’une décision récente du Conseil d’État, faisant suite à un long combat judiciaire entamé en 1998 par les enseignes d’hypermarchés.

 

Les distributeurs avaient alors contesté la légalité de la taxe d’équarrissage, destinée à financer la destruction des farines animales décidée à la suite du scandale de la vache folle. Cette taxe ne respectait pas les règles européennes.

«Au final, l’État va restituer uniquement les sommes collectées entre 2001 et 2003», explique Bertrand Gobin, éditeur du site. Les distributeurs auraient en effet pu espérer un remboursement d’environ 1,6 milliard d’euros.

Les services de Bercy, injoignables hier en fin de journée, s’en tirent donc plutôt à bon compte.

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 15:31

Carrefour2.jpg

 

 

 

Lars Olofsson est, depuis un an, l’heureux directeur général de Carrefour. Son fixe, ses bonus, ses stock-options et ses actions gratuites se montent à 9,25 millions d’euros. Quant à la retraite, il lui suffira de trois années travail pour prétendre à 500.000 euros par an.

 

Forcément, dans la grande distribution, on distribue en grand. Le nouveau Directeur général de Carrefour, Lars Olofsson peut en témoigner.

Dès sa nomination en avril 2009, les actionnaires lui ont concocté un régime de retraite ultraprivilégié.

Pour attirer cette star de Nestlé, il ne fallait reculer devant rien. Dont acte.

 

Après seulement trois ans de service dans le groupe, le DG devrait pouvoir toucher une retraite annuelle de 500 000 euros sa vie durant.

 Carrefour lui a reconnu d’amblée treize années d’ancienneté.

 

En décembre 2012 - donc après le délai de trois ans minimum pour faire valoir ses droits, le fringant Suédois (alors âgé de 61 ans) revendiquera théoriquement « seize années de présence » pour le calcul de sa rente.

Au taux de 1,5 % de son salaire par année, Lars Olofsson toucherait finalement 24 % (1,5 % x 16) de sa rémunération, plafonnée,

pour le calcul de sa rente, à 2,06 millions d’euros.

 

Une "rémunération lasagne"

 

A ce généreux régime s’ajoute une rémunération (fixe et variable) très convenable.

En 2009, il a gagné 2,7 millions d’euros. Soit 10% de plus que son prédécesseur Luis Duran. Son bonus de 1,35 million d’euros le place aussi dans le haut du panier des patrons du CAC 40, gratifiés en moyenne d’une prime inférieure de 40%.

 

La liste des cadeaux s’allonge avec les fameuses stock-options : 130 000 unités à 33,70 euros.

Au cours actuel (32,25 euros), elles ne recèlent aucune plus value mais un peu de patience...

 

Le groupe évalue cette attribution à 1,7 million. Carrefour se montre encore plus magnanime avec les actions gratuites : 165 000 actions, valorisées à 4,75 millions à condition de remplir des conditions de performances économiques et financières.

 

Retraite, fixe, bonus, stock, actions gratuites...

Lars Olofsson empile donc les gratifications. Cette « rémunération lasagne », comme disent les spécialistes en paye managériale, se complète par une allocation de logement égal à 100 000 euros. De quoi trouver un bel appartement dans Paris.

Un chiffre, au pied de cette colonne de chiffres : 9,25 millions d’euros.

Sans compter la retraite annuelle de 500 000 euros que le groupe doit provisionner.

 

 A 60 ans, l’espérance de vie se monte à 22 ans.

Très cher Monsieur Olofsson !

Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 10:07





La mondialisation économique concerne l’ensemble des échanges économiques devenus mondiaux :


En quoi cela vous concerne-t-il et combien cela vous a-t-il coûté ?


 

Les avantages pour les industriels :

Ils sont nombreux. En premier lieu, la délocalisation des fabricants occidentaux vers les pays dit en voie de développement, ce phénomène somme toute assez récent, a provoqué la suppression de millions d’emplois en occident. La raison principale est le coût du travail ;
entre un pays où le SMIC est à 1200€ (pour 35 heures) plus autant de charge, et un autre ou le salaire est de 30€ pour 80 heures de travail et 1 semaine de congé par an.

 Pays où, si il se crée un syndicat, il est rapidement muselé, des fois de façon plutôt brutale.
Les conditions de travail sont parfois déplorables, les enfants sont souvent utiles, les harcèlements moraux, physiques, sexuels fréquents.

Cela permet aussi à ces industriels venus du Nord de se positionner sur les marchés locaux comme produits haut de gamme.

Super ! me direz vous ;
"Si ils fabriquent moins cher, on va payer moins cher". Que nenni ! Avez vous vu le prix de vos chaussures de sport préférées que vous avez payé 100€ baisser d’ 1 %ces dernières années.
 Depuis 3 ans l’Euro à gagné près de 40% en valeur sur le Dollar. Dans ces pays tout se paie en Dollar, les avez vous vu pour autant baisser ne serait ce que de 10%. Elles auraient même plutôt augmenté.

"Mais alors, où va cet argent, me direz vous ?" Une paire de ces chaussures aurait coûté moins de 2€ à la fabrication (
Source Christian Jacquiau).

* Il y a d’abord les actionnaires, qui dit gros bénéfices, dit gros dividendes.
* Il y a les salaires des occidentaux dont le rôle est de penser le produit, le promouvoir, le gérer, le protéger et vous le vendre. (celui du PDG représente souvent le salaire de 6000 de ses employés du Sud, parfois beaucoup plus). 

Il y a le transport et parfois des taxes, mais c’est dérisoire.
En principe les pays choisis sont là ou elles sont les plus basses.

* Il y a la pub, le markéting. Ce qui doit être un des principaux poste de dépense (que vous payez). Les spots publicitaire pour vous convaincre que vous courrez plus vite ou taperez mieux dans la balle avec ces chaussures. Tous les sportifs de haut niveau qui comptent parmi les grandes fortunes arborent tel ou tel logo.
Croyez vous qu’ils le font pour la qualité du produit ?
 De plus il y a de fortes chances pour que celles qu’ils portent n’aient pas été fabriquées en Asie, mais sur mesure dans un des labos de la marque.

Il m’a été dit plusieurs fois par des responsables markéting ou de publicité
"Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles, mais n’oublions pas qu’ils le sont"


Enfin tout cela il faut bien que quelqu’un le paie. C’est à dire vous !
* Ensuite il y la marge des revendeurs, distributeurs mais nous en parlerons plus tard.
* Et pour finir la TVA.


Les avantages pour les distributeurs :

Là aussi la mondialisation a frappé.
Si on prend la France pour exemple, 5 groupes se partagent un marché auparavant occupé par des millions de petits commerçants. Le principe était "comme on achète des grosses quantités, on peut vendre moins cher".
 Et c’était vrai, cela a fonctionné jusqu’à la quasi extinction de ceux qui vivaient du petit commerce.
Ensuite ils se sont dévoré entre eux toujours par l’appel des" prix les plus bas" ou du "moins cher que moins cher".

Je travaillais pour une grosse société agroalimentaire à cette époque.
 Une grande marque de légumes. C’est vrai que pour être moins cher que son concurrent et vous faire venir dans leur magasin, tous les moyens étaient bons.
 Bien souvent toutes les marges arrières que nous donnions (budgets de référencement, mises en avant, participations publicitaires, participations prospectus, ristournes de fin d’année, ...un arsenal sans limite) étaient remis dans le prix de vente pour que les consommateurs aillent chez eux et non pas chez le concurrent (produit d’appel).
Il arrivait souvent que grâce à cette technique, pour exemple, un lot de 2 boites de haricots verts étaient vendu pour le prix d’une seule.
Tout bon ! pour vous consommateurs !

jusqu’en 1993 et alors qu’ils n’étaient plus qu’une dizaine en course.
Une loi probablement souhaitée par certains grands distributeurs (loi Galland) à été votée.
Pour résumer, car elle est très longue, elle dit que sous peine de grosses sanctions économiques, il est interdit de vendre en dessous du prix de vente c’est à dire, le tarif de l’industriel.
"Et les marges arrières me direz-vous ?" Là, pas de changement, les marges arrières deviennent les marges des enseignes.
 Voila notre grande distribution française condamnée à faire de la marge sous peine de sanctions de l’état, et ce au grand soulagement de certains d’entre eux.
 J’ai connu certains industriels chez qui elles pouvaient être de plus de 70%.
(NDLR: moi à + de 75%...)

Certains ont bien mis en place (ou vous ont vendu des cartes de fidélités) vous permettant d’économiser un peu, mais toujours des systèmes compliqués et contraignant qui nécessitent d’y passer du temps.
Je passe aussi sur le phénomène Euro qui a permis d’en rajouter un peu.

Là aussi me direz vous "Mais où est passé cet argent ?".

J’ai l’honneur de vous annoncer que vous avez participé au développement mondial de la grande distribution française sans recevoir aucune action en contre partie.

Ça a commencé par le rachat des concurrents plus faibles en France et en Europe, puis la diversification vers d’autres enseignes de sport, de restauration, de jardinerie, de vêtements...
Puis l’implantation dans les pays dit en voie de développement, Chine, Thaïlande, Vietnam, Inde, ...
Dans ces pays la grande distribution est quelque chose de nouveau, ils représentent d’une part un énorme potentiel de consommateurs, mais présente aussi l’avantage que dans ces pays ils peuvent acheter directement tous les produits qui y sont fabriqués et qui sont susceptibles de vous être vendus dans d’autres magasins du groupe du monde entier avec de meilleures marges et sans intermédiaires, ne vous inquiétez pas vous n’en profiterez pas.

Il y a encore beaucoup d’autres pays à conquérir. la boucle est bouclée !

Le gouvernement actuel à bien essayé d’assouplir cette loi qui a miné votre pouvoir d’achat (sans aucune coercition contrairement à la loi Galland), mais peut-être un peu tard. On prend plus vite goût à l’opulence qu’à la restriction.
 De ce fait les distributeurs rechignent à remettre ces marges arrières dans votre porte-feuille et préfèrent continuer leur conquêtes dans les pays en voie de développement.

Carrefour, mais avec un peu de retard sur "Casino" va ouvrir ses premiers hypermarchés au Vietnam en 2009.

Ma trés grosse entreprise ne connait pas la crise...

Au nom de toutes ces personnes qui vont rempoter les rayons à 4 heures du matin en CDD au SMIC.
Au nom des agriculteurs qui vendent leurs produits moins chers que ce que ça leur a couté pour les produire.
Au nom des personnes exploitées au nom de la compétitivité internationale.
Au nom des licenciés d’entreprises délocalisées.
Au nom de beaucoup d’autres victimes de ce systéme ...

Cela profite grassement à quelques-un.

la grande distribution française au détriment de votre pouvoir d’achat est l’une des plus puissantes du monde.




C’est article à été écrit par Marc Blanchard (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=49465 ) qui m’à autorisé à le mettre en ligne sur le blog.

Il explique les dérives malsaines (avec ce que cela engendre en France et en Asie) de la grande distribution Française qui sous le prétexte  de la bataille du  pouvoir d’achat et des prix bas etc  fait n’importe quoi et surtout des bénéfices exponentiels sur le dos de ses clients et également des « petites mains » asiatiques…

 

 

Je mets le lien de son site de vente, pour consommer autrement, acheter  différemment…

 

A vous de voir si vous préférez continuer à  engraisser des centrales d’achats  ou petit à petit en changeant vos habitudes et en faisant des économies payer le juste prix et permettre aux « petites mains » d’en vivre correctement…

 

Il est bon également de noter que l’auteur est en parfaite concordance entre sa pensée et ses actes.

 

 

http://www.fairfashionvn.org/






Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 15:27



Dans un arrêt rendu mardi, la cour de cassation a mis un terme aux espoirs de Daniel Bernard, ancien patron de Carrefour, concernant le versement de sa retraite chapeau. Le dirigeant avait obtenu de Carrefour le versement d’indemnités complémentaires de retraite à hauteur de 1,2 M€ par an, à compter de ses 60 ans, c’est à dire à partir de 2006. Carrefour avait dès lors provisionné 29 M€, ainsi qu’une indemnité de 9,4 M€, soit 3 ans de salaire, en vertu d’une clause de non-concurrence.



Source: LSA

Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 16:09

 



Carrefour a versé près de 36 millions de dollars d'indemnités à l'un de ses anciens présidents, Francesco de Marchi Gherini, pour sa participation à la croissance des affaires du groupe français au Brésil, ont indiqué aujourd'hui les avocats de De Marchi.

"Il s'agit de la plus grosse indemnité obtenue par un dirigeant d'une multinationale dans l'histoire de la justice brésilienne, à l'issue d'un procès de sept ans avec des audiences dans des tribunaux en France et au Brésil", soulignent les avocats de de Marchi dans un communiqué.

Interrogé par l'AFP, le service de presse de Carrefour a déclaré "n'avoir aucun commentaire à faire sur cette affaire".

Selon le communiqué du cabinet Suchodolski Avocats et Associés, de Marchi, de nationalité française, a été responsable de l'implantation de la chaîne d'hypermarchés Carrefour dans les années 1970 au Brésil et il a présidé la filiale brésilienne pendant 13 ans, de 1975 à 1988, date à laquelle il a quitté le groupe. Il détenait 1% des actions de Carrefour au Brésil.




Décidemment il est très enrichissant d'être dirigeant haut placé dans cette entreprise…

Pour les parachutes dorés et les indemnités, ce n’est pas la              gamme N°1…

 

39M€ pour Daniel Bernard ancien PDG

4.77 M€ pour Mr Durand ancien PDG

36 M$ pour Francesco de Marchi Gherini

 

Il fait bon de travailler de à la direction de chez Carrefour, au moins, vous êtes sur de ne pas perdre en pouvoir d’achat lorsque vous quitter cette entreprise…


Est ce que ce ne serait pas  le consommateur qui pousse son caddy dans les magasins  et qui paye ses courses au prix le plus bas (si, si, les services de communications et DRH de la grande distribution nous le répètent chaque fois qu'ils passent devant un micro ou une caméra...), qui paye au final tout cela?...


Mais non comment oser penser une chose pareille?

Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 21:10

 

L'ex-directeur général de Carrefour, José Luis Duran, devrait empocher la coquette somme de 4,77 millions d'euros pour avoir été limogé.

Le rapport annuel 2007 de Carrefour  détaille en effet les conditions de départ de Duran: "En cas de révocation ou non-renouvellement des fonctions de membre du Directoire de la Société, hors démission, mise ou départ à la retraite ou cas de force majeure, et sauf pour faute grave ou lourde, une indemnité dont le montant sera égal à deux ans de rémunération sera versée."

 

 

Chez Carrefour, les PDG faisant mal leur travail, sont « remerciés » avec une belle prime au départ…

 

 

Après les 39M€ de Daniel Bernard, voici les  4,77 M€ de Duran...

Combien au prochain?


 

Et c’est qui au final qui paye c'est parachutes en OR ???

 

               

Repost 0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 08:57

 

 

 


Remboursez !". "C’est du vol !". Les actionnaires de Carrefour avaient hurlé à la mort en avril 2005 en apprenant que Daniel Bernard, le pdg du numéro 2 mondial de la distribution, allait recevoir un "package" de départ de plus de 40 millions d’euros.
 Et voilà que trois ans plus tard, en pleine tempête financière, la Cour d’appel de Paris a rendu un arrêt qui est passé totalement

inaperçu… Cet arrêt de la troisième chambre section A, daté du 7 octobre, annule purement et simplement "la retraite-chapeau" de Daniel Bernard.

L’histoire est assez ubuesque. Carrefour a toujours refusé de payer la retraite dorée de son ex-patron, alors que son Conseil l’avait accepté, à l’occasion de trois séances en 2000, 2001 et 2004, et en avait négocié les moindres détails. Au terme de cet accord, il était prévu qu’à son départ le pdg de Carrefour percevrait, à compter de ses soixante ans, une retraite complémentaire annuelle de 1,243 million d’euros par an, correspondant à 40% de sa dernière rémunération. Compte tenu d’une espérance de vie moyenne de 85 ans, cela représentait donc la coquette somme de 31 millions d’euros. Outre cette confortable retraite, Daniel Bernard avait obtenu le versement d’une clause de non-concurrence, équivalent à trois années pleines de salaires, soit 9,4 millions d’euros. Il lui était dès lors interdit, durant quatre ans, de prendre un poste de direction dans un groupe de distribution concurrent. Théoriquement, Daniel Bernard aurait dû percevoir sa retraite dorée comme l’ex-président d’Aventis, Igor Landau, qui a obtenu une retraite de 1,8 million, ou l’ancien pdg d’Air Liquide, Edouard de Royère (1,4 million).
Mais Daniel Bernard a joué de malchance. Habituellement pour amortir le coût des retraites-chapeaux "la plupart des sociétés du Cac 40 souscrivent des assurances pour l’ensemble de leurs cadres-dirigeants", explique un avocat d’affaires qui connaît bien ce dossier. L’octroi de la retraite dorée de Daniel Bernard était subordonné au fait qu’il soit encore présent dans l’entreprise à l’âge de 60 ans. Or en février 2005, au moment où il démissionne, il n’avait que 58 ans. Du coup, l’assurance n’a pas joué. Carrefour a refusé de prendre en charge le complément de retraite de son ex-patron…lequel a donc saisi la justice. Le 23 avril 2007, le Tribunal de commerce de Paris condamne Carrefour a verser la retraite complémentaire. Mais les juges de la Cour d’appel ont renversé cette décision, estimant que si Daniel Bernard a correctement effectué son travail entre 1992 et 2005, il n’a toutefois pas démontré avoir rendu à l’entreprise des "services particuliers" tels qu’ils justifieraient l’allocation d’une rémunération supplémentaire sous forme d’une "rente viagère".
 Le fait qu’un patron soit obligé de justifier son action devant le tribunal pour faire valoir ses droits à une rémunération complémentaire est inédit. Evidemment, Daniel Bernard peut encore se pouvoir en cassation. Mais, les patrons ont quelques soucis à se faire. Ils auront désormais intérêt à bien ficeler leurs contrats, et à les faire correctement entériner par les Assemblées générales (loi Breton 2005), s’ils ne veulent pas subir le sort du "malheureux" Daniel Bernard.

Tiens,  y aurait t’il  (enfin) une justice vers les Goldens Parachutes ?

 

Mais le plus incroyable, c’est que c’est Daniel Bernard qui attaque Carrefour… vraiment, rien ne les arrêtent c’est gens là…
surtout pas la Honte !
 
 

Il part avec 39 Millions d’€uros, mais Monsieur, en, veut toujours plus…Qui aille expliquer sa démarche à  ses (ex)  caissières à 800€/mois, qu’il aille expliquer à son (ex) personnel niveau 1, 2 ,3 à 1050 €uros/mois,

Qu’il aille expliquer aux  chômeurs français que la grande distribution à fabriqué en masse depuis les années 80, qu’il aille l'expliquer aux « petites mains asiatiques » payées 30 €/mois…

   

Comment peut-il expliquer l’inexplicable ?

Repost 0

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...