Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 09:46

Une cinquantaine d'éleveurs en colère ont répandu vendredi de la paille dans une grande surface Carrefour à Cahors pour demander à la grande distribution qu'elle revalorise les prix d'achat de viande et de lait aux producteurs, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les manifestants, qui répondaient à l'appel de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) et des Jeunes agriculteurs du Lot, ont installé une banderole à l'entrée du magasin: "Les supermarchés mettent les paysans sur la paille". Les éleveurs ont répandu de la paille devant l'entrée et à l'intérieur du magasin, appliquant du ruban adhésif sur les rayons de viande, lait et charcuterie. "Il y a un vrai malaise", a déclaré Christophe Canal, un responsable de la FDSEA. "Dans l'élevage, les prix ne sont pas rémunérateurs. Il y a quelques mois, des accords avaient été signés" avec la grande distribution sur la rémunération des producteurs "et quand on s'engage, on doit respecter ses engagements", a-t-il dit. 

"Les gens doivent savoir que quand ils dépensent 100 euros en achats de produits alimentaires en grande surface, la part qui revient au producteur n'est que de 7,5 euros", a-t-il déclaré.
Les manifestants se sont ensuite rendus devant la préfecture où une délégation a été reçue. Une action similaire était menée parallèlement à Figeac.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 19:42

Les prud’hommes de Moulins ont condamné, hier, la société Carcoop (Carrefour) à verser 15.000 € de dommages-intérêts à une salariée qui, s’estimant victime de harcèlement moral, avait tenté de se suicider dans les locaux de l’hypermarché moulinois.

Martine Grousson, caissière de Carrefour depuis le 18 juillet 1994, avait été retrouvée dans un état comateux dans les toilettes du magasin, le 14 juin 2010. S’estimant victime de harcèlement moral de la part de sa direction et d’atteinte à son statut de membre du CHSCT, la salariée, soutenue par la CGT, avait saisi le conseil des prud’hommes. Dans un courrier, la caissière disait en effet ne plus supporter la pression.

Elle a cependant été déboutée de sa demande de dommages et intérêts pour atteinte à son statut de salariée protégée.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 09:32

 

 

 

Propriétaire et directeur du supermarché du quartier depuis vingt ans, Sylvain Lamotte est forcé de rendre les clés de son entreprise lundi. Les employés sont sous le choc .

 

 

Le pot de terre contre le pot de fer. Voilà comment résumer en une simple expression ce dossier aussi ubuesque que complexe. Une affaire qui oppose le groupe Carrefour au directeur du supermarché Urdazuri, Sylvain Lamotte. Ex-directeur faudrait-il écrire, dans la mesure où le principal intéressé est forcé de rendre les clés de son entreprise. Telle est la décision du juge des référés du tribunal de commerce de Bayonne.

Lundi, le magasin d’alimentation du quartier Urdazuri sera fermé pour cause d’inventaire. Sylvain Lamotte en profitera pour faire ses derniers cartons. Et mardi, un nouveau directeur sera envoyé par le groupe Carrefour. Pas de quoi bouleverser les habitudes des clients, mais un sacré tremblement de terre pour les 40 salariés qui côtoyaient le directeur et sa femme depuis vingt ans.

 

Les contrats sont insensibles

« Les employés sont sous le choc. Mais ils n’y sont pour rien. L’essentiel, c’est qu’ils gardent leur emploi », souligne Sylvain Lamotte, fatigué après des années de procédure mais toujours combatif : « Je ne lâcherai pas. Carrefour m’a expulsé de mon propre magasin mais je compte bien revenir. »

Cinq procédures au tribunal arbitral « et beaucoup d’autres » au tribunal de commerce de Bayonne ou à la cour d’appel de Pau. De quoi alimenter un feuilleton judiciaire hallucinant. « C’est une tactique de Carrefour, qui a des moyens illimités. Les procédures au tribunal arbitral - une justice privée - sont très onéreuses (Sylvain Lamotte a déjà déboursé 300 000 euros de frais d’arbitrage sans compter les frais d’avocat, NDLR). Et surtout, elles sont confidentielles. C’est difficile de survivre à ce marathon », juge l’avocat de l’expulsé, Me Tessler.

À écouter ce spécialiste de la grande distribution, le cas de Sylvain Lamotte est certes caricatural, mais il n’est pas isolé : « Mon client n’a eu aucun choix, il a été totalement ficelé. »

Pour mieux comprendre ce dossier, il faut remonter aux années 1990. Fraîchement débarqué de la région parisienne, Sylvain Lamotte rachète le supermarché Champion d’Urdazuri et monte en même temps le magasin de bricolage Weldom. Mais les difficultés de ce dernier obligent le propriétaire à vendre une partie de ses parts à Promodes, qui possède la marque Champion.

Sylvain Lamotte ne possède alors plus que 50 % du fonds et des murs du supermarché. Promodes-Carrefour décide de développer la marque Carrefour Market en 2008. « J’avais le choix entre abandonner mon magasin et accompagner ce virage commercial. J’ai alors lancé des travaux d’agrandissement et de rénovation du magasin (de 980 m2 à 1 380 m2) », raconte le malheureux.


Une contre-attaque


Problème, Sylvain Lamotte se lance dans l’aventure sans avoir toutes les garanties bancaires. Carrefour est au courant de ses difficultés et lui assure son soutien de principe. « J’étais certain que j’allais trouver des solutions avant la fin des travaux. Je me suis arrangé avec Carrefour pour ne pas payer leurs marchandises le temps de refaire de la trésorerie. » Une façon de se passer les menottes.

Le changement de marque n’apporte pas les résultats escomptés et le chiffre d’affaires plafonne. Pressé par Carrefour, le propriétaire décide de vendre à bas prix ses 50 % au groupe en ayant la certitude de les racheter le plus vite possible : « On avait un accord de confiance. » Mais les contrats sont aveugles et se fichent de la parole donnée. Sylvain Lamotte ne pouvant pas racheter ses parts aux conditions demandées par Carrefour, il est poussé vers la porte sortie. « Ils m’ont dit, c’est fini, tu as tout perdu. » La mise sous protection du tribunal de commerce ne change rien : après vingt ans passés à la tête de son magasin, il doit partir. Sonné mais debout.

« D’autres procédures sont en cours et je compte bien récupérer mon bien. » En attendant, il a décidé d’ouvrir son propre magasin d’alimentation à la place de l’ancien Weldom. Le permis de construire a été accepté. Le pot de terre n’a pas dit son dernier mot.

L’avocat de Carrefour a été contacté hier mais ne s’est pas encore exprimé sur le sujet.

 

Source : Sud Ouest

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:14

 

 

Le magasin Carrefour d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques) a été condamné ce mardi par le tribunal des prud'hommes à prendre en charge le nettoyage des tenues de travail de 76 employés, sur une période allant de 2005 à 2010. Ce qui correspond à des indemnités de pressing dépassant les 400.000 € !

Le Conseil des prud'hommes de Bayonne «a affirmé le principe selon lequel il appartient à l'employeur de prendre en charge les frais d'entretien des tenues vestimentaires de travail qu'il impose à ses salariés», a indiqué à l'AFP Me Jean-Baptiste Etcheverry, avocat des salariés. 

 

 «Il a accordé des indemnités allant de 2.985 à 9.058 € en fonction de l'ancienneté, du style de tenue et des frais engagés par chacun des 76 employés», a-t-il ajouté. Il a précisé que l'action «avait été engagée en 2010 avec une rétroactivité qui ne pouvait s'appliquer que sur cinq ans».

Depuis le 1er janvier, Carrefour prend en charge l'entretien de la tenue de ses salariés

Viviane Dicharry, représentante CFDT, s'est dite «satisfaite de la réparation accordée» qui selon elle correspond a peu près à la somme qui avait été demandée, soit 476.000 euros. Elle a signalé que «depuis le 1er janvier 2013, les magasins Carrefour prennent en charge l'entretien de la tenue de ses salariés». La multiplication des procédures dans plusieurs magasins Carrefour aurait incité, selon elle, la direction à entretenir les tenues vestimentaires de tous ses salariés.

Dans une affaire similaire en décembre, la Cour de cassation avait confirmé la condamnation d'un magasin Castorama d'Anglet à prendre en charge le nettoyage des tenues de travail de ses salariés. Leur avocate, Anne-Marie Mendiboure, avait salué une décision très importante, dont les plus de 12.800 employés par l'enseigne pourraient désormais se prévaloir.

La direction de Carrefour a un mois pour faire appel.

source: Le Parisien.fr

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 13:03

La cour d'appel de Douai a tranché en faveur de 540 salariés de Carrefour Market du Nord/Pas-de-Calais, condamnant le distributeur à rémunérer leur temps de pause, a-t-on appris mercredi auprès du syndicat CFDT.

Les salariés, tous adhérents du syndicat, réclamaient que la rémunération du temps de pause soit isolée de la rémunération mensuelle versée et que le solde soit comparé non seulement au SMIC, mais également aux minima conventionnels en application dans le secteur de la distribution (un peu supérieurs au SMIC).

"La cour d'appel a validé le principe selon lequel les rémunérations servies aux salariés devaient être au moins équivalentes au salaire mensuel minimum garanti hors pause", a expliqué l'avocat des salariés, Me Mario Califano.

La cour, dans sa décision du 21 décembre, a demandé aux salariés de refaire leurs calculs de la somme réclamée à Carrefour Market selon les modalités qu'elle a elle-même définies, qui prennent en compte l'ancienneté des salariés. Les arriérés sont limités aux cinq dernières années.

Elle a par ailleurs soutenu la demande des salariés qui réclamait une somme de 30 euros par mois allouée à l'entretien de leur tenue de travail, outre le baril de lessive trimestriel qui leur était précédemment accordé.

"Ce sont des litiges qui portent sur des sommes qui vont entre 2.000 et 5.000 euros par salarié", a calculé Me Califano. Soit un montant global de 1,1 million à 2,7 millions d'euros que pourrait avoir à régler Carrefour Market.

La cour d'appel se prononçait sur des dossiers déposés devant 12 conseils de Prud'hommes différents du Nord/Pas-de-Calais. "On a 1.600 dossiers sur toute la France, le Nord/Pas-de-Calais c'était un gros morceau. Un tiers des dossiers gagnés en cour d'appel, c'est très bien pour le futur", a souligné Franck Dutertre, délégué national CFDT Carrefour Market et lui-même salarié à Calais.

Interrogée par l'AFP, la direction de Carrefour a dit "prendre acte de la décision de la cour d'appel et précise qu'il y a un accord ouvert à la signature sur les tenues de travail avec les partenaires sociaux".

source: le Figaro

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:46

Carrefour a annoncé pendant le week-end l'ouverture de quatre nouveaux magasins en Chine. 


Le distributeur indique avoir inauguré son 212ème hypermarché à Nanjing, dans la province de Jiangsu. Le magasin - qui s'étend sur une surface de 9002 m2 - dispose de 28 caisses et d'un parking de 300 places. 


Le 25 décembre, Carrefour Chine a ouvert son 213ème hypermarché, à savoir celui de Jiangyin Qishan, lui aussi situé dans la province de Jiangsu. Le magasin - qui s'étend sur une surface de 8005 m2 - dispose de 29 caisses et d'un parking de 570 places. 


Le même jour, Carrefour inaugurait son 214ème hypermarché, à HuiYang, dans la province de Shengzhen/Dangguan. Le magasin s'étend sur une surface de 7351 m2 et dispose de 28 caisses et d'un parking de 333 places. 

Enfin, Carrefour Chine a inauguré son 215ème hypermarché dans la province de Liaoning. Le magasin s'étend sur une surface de 8007 m2 et dispose de 29 caisses et d'un parking de 230 places.

 

Décidément, le rythme des ouvertures d'hypermarchés Carrefour en Chine ne faiblit pas...

Il serait bien vu que Carrefour donnes ses recettes aux autres entrprises française afin qu'elles connaissent autant de succès ... 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 10:49

Le gérant du Carrefour Market de Lamballe, avait décidé d’ouvrir son magasin le dimanche matin. L’ouverture aura donc lieu à 9 h ce dimanche 21. Cette décision a provoqué de nombreuses réactions de mécontentement chez les commerçants du centre-ville.

Des flyers dans les commerces

Depuis le 18 octobre, des flyers colorés, tirés à 10 000 exemplaires, sont distribués dans les commerces lamballais. Avec ce message : « Nous aussi, nous sommes ouverts le dimanche ! » Au pied de la page : « Le dimanche, le carrefour de toutes les rencontres, c’est le centre-ville. » Une campagne de communication, visant à montrer « la diversité des commerces du centre-ville ».

Appels à manifester

Pour la section locale du Parti socialiste, « le repos dominical est un élément primordial de cohésion sociale. Il doit être la règle pour tous les salariés. » Cette ouverture est « une atteinte au commerce local et un non-sens économique ». Pour le Parti communiste, « la survie des petits commerces de proximité » est en jeu.

Pour sa part, l’union locale CFDT de Lamballe-Penthièvre appelle la population à se rassembler demain dimanche, de 9 h à 10 h, devant le magasin. « Au-delà de cette seule ouverture, le risque d’une extension contrainte du travail le week-end à d’autres secteurs d’activité est, à terme, réel », craint le syndicat.

 

Source : Ouest France 

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 18:08

Le plan d'allégement des effectifs, qui couvait depuis quelques temps chez Carrefour, se confirme... En marge de la publication de ses comptes du 3ème trimestre 2012, le groupe français de distribution vient de préciser auprès des organisations syndicales son plan de gestion de l'emploi.

Allègement des pressions de personnel sur les sièges
Carrefour a confirmé son intention de se séparer de 533 personnes. Les cadres travaillant en région parisienne sont principalement visés par ce projet. En effet, 450 d'entre eux sont concernés par le Plan de départs volontaires (GPEC). Ainsi, de sources syndicales, 287 postes seraient supprimés au siège d'Evry-Courcouronnes. Les sites de Boulogne-Billancourt et de Massy-Palaiseau sont également concernés.

Ces annonces précisent les déclarations effectuées en fin d'été sur l'intention du groupe de se séparer de 500 à 600 collaborateurs dans les sièges et fonctions supports en France. Ces départs sont annoncés dans le cadre d'un plan de départs volontaires, "sans licenciement" avait, à l'époque, insisté Georges Plassat -PDG du groupe Carrefour- en réunion d'analystes. "Il va y avoir un dialogue avec des gens dont nous estimons que les postes ne sont pas utiles aujourd'hui, et qui pèsent sur la rentabilité du groupe" avait-il déclaré.

Relance de la performance
En réactivant le capital humain de l'entreprise, Georges Plassat entend relancer la performance et optimiser la rentabilité de son enseigne de distribution. Evoquant la limitation des effectifs de ces sites, le patron de Carrefour avait alors indiqué aux marchés financiers : "Nous sommes entrés dans une période de gestion de départs volontaires sur nos activités centrales en France, parce que le poids de ces structures est devenu économiquement incohérent avec le métier que nous faisons, et sur le plan de la gestion de nos marges".

Cette simplification des structures de gestion va également dans le sens d'une amélioration de la réactivité commerciale. "Il est absolument urgent de revenir à des choses simples dans nos affaires. Or, plus nous augmentons le nombre de personnes qui réfléchissent, plus nous nous éloignons de la simplicité !". Georges Plassat avait ajouté : "Nous avons décidé de mettre en oeuvre ce plan car nous ne pouvons pas avoir au sein de l'entreprise des gens qui savent pertinemment que leur valeur ajoutée n'est pas pleinement utilisée. Il nous faut faire ce travail ; il est en cours !".

Volontaires d'office !
A l'époque, le patron du groupe de distributions s'était voulu rassurant, indiquant que les meilleures solutions de sortie seraient trouvées. "J'espère que nous gérerons ce plan avec le maximum de précautions et de soins pour les personnes, avec des structures d'appui, de recherche, voire de mobilité dans la société..."

Alors que s'engage à peine la procédure d'information et de consultation des salariés, les organisations syndicales engagent d'ores et déjà de la polémique, dénonçant l'absence de concertation et la décision de pousser vers la sortie "des salariés volontaires d'office"... Ainsi, la CFDT pointe du doigt un plan social ciblant "des postes précis, réduisant l'impact du volontariat, et stigmatisant les salariés qui occupent ces emplois". Tandis que la CGT dénonce "un plan social a minima, la CFDT s'oppose au projet et demande l'ouverture de "négociations sérieuses sur l'emploi".

Rappelons que Carrefour compte 412.000 collaborateurs dans le monde, dont 115.000 dans l'Hexagone. Le groupe vient de publier ses comptes du 3ème trimestre. A 22,6 Milliards d'Euros, ses ventes sont en croissance de 2,1% en glissement annuel. La performance est légèrement au-dessus des attentes des marchés financiers pour le trimestre. Sur 9 mois, le groupe de distribution affiche 66,3 MdsE de revenus, soit +1,3% de croissance en données brutes, et +0,8% à magasins comparables et changes constants (carburants inclus). En France, la tendance s'améliore pour les hypermarchés et les supermarchés. En revanche, le contexte reste difficile en Europe, avec des ventes en repli en données brutes de -2,2% à 5,86 MdsE (-3,3% sur une base comparable hors carburants). A l'international, les ventes restent portées par l'Amérique Latine.

 

source: Boursier.com

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 08:08

                                             16767 188020289310 808269310 2775776 6240493 sCarrefour2.jpg

 

 

 

 

Leclerc, en gagnant un point de part de marché sur la dernière période, comme LSA le révélait le 25 septembre dernier, vient de passer devant Carrefour, si l’on s’en tient aux seuls hypers et supers.

En effet, avec 18,8% de part de marché sur les quatre semaines allant du 6 août au 5 septembre 2012, Leclerc devance désormais le couple Carrefour-Carrefour Market de quelques dixièmes de points.

Bien sûr, ce basculement n’est valable que pour ces quatre semaines (en cumul annuel mobile, Carrefour-Carrefour Market reste leader) et, bien sûr, il ne concerne que les seuls hypers et supers (la part de marché du groupe Carrefour reste supérieure à celle de Leclerc)

. Il n’empêche : ce résultat confirme la bonne santé de Leclerc, en très bonne voie pour réaliser son ambition de devenir le premier groupe de distribution français en 2015.

 

Source LSA

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 19:07

La cour d'appel de Rennes (Ille-et-Vilaine) a condamné Carrefour à verser 316.500 euros d'amende pour avoir payé en-dessous du Smic 211 salariés de l'hypermarché de Quimper (Finistère). Selon un jugement datant de mardi, le groupe devra payer 211 amendes de 1.500 euros (soit 316.500 euros) et l'ancien directeur de l'établissement, Guy Le Goec, 211 amendes de 50 euros. 

Carrefour devra également s'acquitter de dommages et intérêts à l'égard des 23 salariés qui se sont portés partie civile et de la CFDT.

En première instance, en septembre 2011, le groupe Carrefour et le directeur de l'établissement avaient été condamnés à 400.000 euros d'amende par le tribunal de police de Quimper. «C'est un soulagement pour nous car on se bat depuis 2008», se félicite Patrick Mayeur, délégué syndical CFDT de Carrefour Quimper. Le syndicat faisait valoir que le temps de pause ne devait pas être inclus dans le calcul de la rémunération mensuelle. En soustrayant le forfait pause, les salariés étaient rémunérés en-dessous du salaire minimum. «Aujourd'hui, la situation a été rétablie», indique le syndicaliste.

Déjà condamné en mars dans l'Allier

Invoquant des divergences d'interprétation du code du travail, le groupe a afit savoir par un de ses porte-paroles qu'il « se réserve la possibilité de se pourvoir en cassation». «La politique de rémunération des hypermarchés Carrefour a toujours garanti une rémunération supérieure au Smic pour l'ensemble de ses collaborateurs», affirme-t-il, précisant qu'une assistante de caisse reçoit un salaire supérieur de 22% au Smic, à quoi s'ajoute un intéressement, une participation aux résultats, une remise sur les achats de 10% et une mutuelle. La Cour de cassation avait confirmé en mars la condamnation de Carrefour pour non-respect du Smic dans un établissement de l'Allier.

Une vingtaine de salariés de l'hypermarché attendent par ailleurs la décision du tribunal des Prud'hommes. Ils exigent le versement de cinq années d'arriérés de salaire. La Cour de cassation avait confirmé en mars la condamnation de Carrefour pour non-respect du Smic dans un établissement de l'Allier.

 

Source: Le Parisien

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...