Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 19:13



Le courrier du comité d'hygiène et de sécurité de l'hypermarché Auchan La Couronne est arrivé hier sur le bureau du directeur de l'enseigne: l'instance représentative du personnel dénonce «une dégradation des conditions de travail» au sein du service chargé de la sécurité de la grande surface (14 salariés, sur 400). Trois employés seraient «victimes de surveillances particulières afin de les mettre sous pression». Une situation telle, selon le CHSCT, que deux employés sont, ou ont été, en arrêt de travail «pour cause de stress». En parallèle, jure le comité, «il nous a été fourni des éléments prouvant que des agents ou chef d'équipe commettent des fautes», mais, eux, «ne sont pas inquiétés».

Pour la direction, «le système n'est pas défaillant»

L'un des employés cité, dépité par cette situation, a décidé à s'afficher au grand jour:
  Mr X travaille au service sécurité depuis 2001 et il n'a aucun scrupule à dénoncer les «vexations», les «sanctions arbitraires» et les «petites choses accumulées au fil des ans», qui font qu'aujourd'hui, selon son analyse, l'ambiance est «insupportable».


«On sent une volonté de nous prendre en faute», insiste celui qui a récemment porté plainte pour dénoncer des faits de différentes natures. Et de citer des exemples concrets, comme l'oubli de l'un des surveillants de fermer une grille. «D'autres font les mêmes erreurs ou pire sans être jamais sanctionnés», confirme Vincent Gascoin, du CHSCT d'Auchan.

Mr X raconte un autre exemple de «vexations»: son supérieur aurait ainsi sanctionné un salarié pour «avoir utilisé, en pleine nuit, le matériel de vidéo surveillance d'Auchan pour observer un couple occupé à folâtrer dans une voiture stationnée sur le parking». Au lieu de prévenir le collègue chargé de les faire décamper, il aurait préféré «zoomer» pour les observer à distance.

Face à ces remarques, le directeur d'Auchan, Bertrand Houseaux, veut d'abord insister sur un point: «Ces déclarations ne doivent pas donner l'impression que la sécurité ne fonctionne pas à Auchan. Le système n'est pas défaillant». L'entrepreneur ne prend pas le sujet à la légère. «Dès qu'on est saisi de questions où des salariés sont en souffrance, on les accueille avec sérieux», affirme-t-il. Pourtant, il ne cache pas ses doutes: «Le médecin du travail n'a jamais noté de soucis de harcèlement». Et de tacler Mr X: «Je trouve paradoxal que, pour souligner une mauvaise ambiance, on choisit de dénoncer ses petits camarades.»

Le patron d'Auchan balaie enfin un argument sous-jacent à cette procédure selon lequel «l'affaire» serait révélatrice d'un climat plus général de l'entreprise: «Nous sommes dotés d'un moyen de mesure ultra-confidentielle des conditions de travail. Résultat: plus de 85 % des gens ont un sentiment qui va de ''très agréable'' à ''agréable''.»

Des soucis au service sécurité d'Auchan La Couronne, ce n'est pas une première. En 2004, le numéro deux de ce même service a été mis à la porte pour avoir dénoncé les magouilles de son chef. A l'époque, l'adjoint a attaqué sa direction aux prud'hommes pour licenciement abusif.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Auchan
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 11:37




  COSTUME gris ajusté, coupe au carré, lunettes profilées, Patrick Pytel tentait de faire bonne figure, mercredi, devant les juges du tribunal correctionnel de Melun. L’ancien directeur de l’hypermarché Boissénart, à Cesson, était poursuivi pour travail illégal de l’un de ses anciens collaborateurs, Alain Schmitz, conseiller en vente au rayon vins de 2002 à 2005.

L’occasion pour la partie civile de mettre le doigt sur les mauvaises pratiques de la grande distribution : fausses factures, faux en écriture de commerce, prestations fictives…
« C’est de la fausse facturation ! » « Pour six jours d’animation beaujolais, par exemple, la direction du magasin disait à M.
Schmitz de facturer cinq jours à Auchan et un jour à la maison de vins Thorin, même s’il n’a jamais effectué de prestation pour ce fournisseur ces jours-là, dénonce M e Colin, avocate de la partie civile.
Thorin ne disait rien, préférant payer 138 € à M. Schmitz plutôt que risquer de ne plus être référencé chez Auchan. » Les 200 € mensuels du sommelier étaient ainsi pris en charge en partie par les frais généraux de l’enseigne et en partie par ses fournisseurs. « M. Schmitz s’est ainsi retrouvé à établir des factures pour de la biscuiterie, des jus d’orange… Rien à voir avec ses animations de vin. » « C’est de la fausse facturation !

Une pratique courante dans la grande distribution », lance le président du tribunal, François-Marie Giacomoni. Des accusations confirmées par les enquêtes de la police judiciaire de Melun, la direction de la répression des fraudes et l’inspection du travail.

« Les fournisseurs disent que M. Schmitz envoyait des animateurs pour ces biscuiteries et autres, même si je n’en ai pas la preuve pour tous car je n’ai pas les éléments », tente de répondre l’avocate de la défense.
Peu de soutien pour Patrick Pytel, côté hiérarchie : « On a sensibilisé nos directeurs de magasin à ces dérives avec les prestataires, animateurs, démonstrateurs… Je décline toute responsabilité », a confié Philippe Barouk, directeur général d’Auchan
, à la PJ de Melun.
« Dans cette affaire, il s’agit bien de travail dissimulé, a martelé le procureur. Cela aurait coûté plus
à Auchan d’embaucher M. Schmitz en tant que salarié.

Je demande donc de condamner M. Pytel, qui n’a pas suivi les recommandations de sa direction générale. » Il a requis à l’encontre de l’ancien directeur, poursuivi mercredi uniquement pour travail illégal et non pour fausses factures, une peine de trois mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende. Jugement le 16 décembre. Alain Schmitz, quant à lui, espère toucher jusqu’à 150 000 € d’Auchan, grâce à sa procédure en cours aux prud’hommes pour faire requalifier son contrat de travail.


Source: Le Parisien


http://alainschmitz.canalblog.com


Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 13:07

Après les bas salaires, qui contestent devant la justice leur rémunération, les cadres et agents de maîtrise de chez Auchan pestent contre des salaires inférieurs au plancher conventionnel.

 

Auchan n’est pas près d’en finir avec les conflits salariaux avec ses salariés. Quelque 1 600 bas salaires ont saisi la justice, accusant l’enseigne de les rémunérer en dessous du smic. Dans cette première affaire, la conciliation ayant échoué, les plaignants reviendront devant les juges le 2 avril 2010.

 

Et maintenant les cadres…

C’est maintenant au tour des cadres et des agents de maîtrise de contester leurs bulletins de paie. Beaucoup d’entre eux n’auraient pas droit au minimum mensuel garanti par la convention collective (SMMG). Selon un pointage de la CFDT, 10 % des cadres ne gagnent pas plus de 30 000 euros par an, primes comprises. Alors que le salaire plancher conventionnel pour un débutant doit être de 30 172 euros, hors prime.

 

Les cadres veulent une révision de l’accord sur les salaires

Et les augmentations sont de plus en plus parcimonieuses. Cette année, 340 agents de maîtrise n’ont obtenu aucune amélioration, certains d’entre eux pour la seconde fois consécutive. Beaucoup font l’objet d’un « plan personnel d’accompagnement » (PPA), dispositif maison de coaching, à l’usage de ceux qui « ne tiennent pas leur poste ».
« C’est devenu un outil de sanction et non d’aide », se plaignent les sceptiques. Non seulement les cols blancs réclament des ajustements, mais ils souhaitent la révision complète de l’accord sur les salaires. « Datant de 1986, il est largement dépassé », argumentent les intéressés.

 

Le fossé entre la direction et les cadres se creuse

Inhabituelle contestation dans cette entreprise connue pour son consensus social. À l’appui de leur revendication, cadres et agents de maîtrise invoquent les résultats du groupe, plutôt bons, malgré la crise : un bénéfice net de 155 millions d'euros, un excédent brut d’exploitation qui grimpe de 8,8 % et une marge commerciale en hausse de 5 %, soit deux fois plus que les frais de personnel (2,6 %, en tenant compte de l’intéressement et de la participation). « Un fossé se creuse entre la direction de l’entreprise et les cadres », alertent les cols blancs.

 

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 08:12




Les directions des magasins Auchan et Champion comparaissaient hier au tribunal de police pour avoir payé en dessous du smic 79 salariés à Cergy et à Marines.


La fiche de paie des smicards d’Auchan et de Champion a, hier, enflammé les débats du tribunal de police de Pontoise. Les directions des magasins de et de Marines comparaissaient pour non-respect du smic, et notamment pour y avoir intégré le temps de pause légal accordé à chaque salarié. Le tribunal tranchera le 5 novembre et devra dire si, oui ou non, les 79 employés ont été sous-payés par leur direction.


Le procureur a requis 52 500 d’amende à l’encontre de Champion et 66 000 pour
.

Débats sur le paiement des temps de pause

L’affaire a débuté fin 2007 par un contrôle de l’inspection du travail à l’hypermarché Auchan de Cergy. « En examinant les fiches de paie des 44 salariés payés au smic, on s’est aperçu que le forfait de pause était inclus dans le smic. Or, ce temps de repos ne doit pas avoir de relation avec le travail effectif », explique l’inspectrice à la barre. L’infraction porte sur les mois de novembre et décembre 2007. Même constat en novembre 2008 au magasin Champion, où l’infraction est relevée sur les salaires de 35 employés entre juillet et octobre. La totalité des débats a donc tourné autour du paiement de ce temps de pause, estimé à 5 % du montant du smic. Fait-il oui ou non partie du temps de travail effectif ? Le smic versé aux salariés englobait-il ce temps ? Des questions sur lesquelles les textes n’ont jamais tranché et où il n’existe pas de jurisprudence.
Pour la
locale et départementale, partie civile dans l’affaire, l’infraction ne fait aucun doute, les 5 % doivent être payés en plus du smic, ce qui n’était pas le cas. « Cette affaire est exemplaire. Il s’agit de faire des profits frauduleux en exploitant les salariés. Ces gros groupes se payent en ayant recours à une armée de smicards qu’ils ne rémunèrent même pas à ce niveau », a plaidé Me Lanes en brandissant une fiche de paie. L’avocat d’Auchan, lui, sort l’accord de branche signé en 2005, dans lequel « la part de la pause est intégrée dans la part effective du temps de travail ».
Si le procureur a tenté de dépassionner les débats, il a néanmoins reconnu que le temps de pause n’est pas du travail effectif. « Même s’il est impensable que les grands groupes fassent de petits profits sur le smic, ça peut arriver », a-t-il évoqué avant de se lancer dans des savants calculs. Une marge de 4 à 10 par mois faite sur un smic permettrait au groupe Champion de dégager entre 720 000 et 1,8 M€ sur un an.




Source: Le Parisienn 

 

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 07:55

 

Mille cinq cents salariés d'Auchan attaquent l'enseigne aux prud'hommes 

Mille cinq cents salariés d'Auchan ont déposé des dossiers auprès du conseil des prud'hommes de Lannoy contre l'enseigne de grande distribution. Ils estiment que leurs temps de pause n'ont pas été payés entre 2000 et 2007et demandent le règlementdes arriérés.

 

L'affaire ne date pas d'hier. En 2004, la CFDT s'aperçoit que les temps de pause des salariés d'Auchan ne sont pas payés depuis 2000 (l'avocat d'Auchan estime que les faits concernés remontent à 2004). « Alors qu'ils devaient obligatoirement pointer 36 h 45, des salariés n'étaient payés qu'au SMIC 35 heures. Auchan a profité du passage aux 35 heures et de la complexité des règles pour digérer le temps de pause dans le temps de travail effectif », explique Guy Laplatine, délégué syndical central CFDT.

Débat sur le SMIC

Toujours selon les syndicats, ce sont essentiellement les personnels au premier niveau de rémunération (ménage, emballage, remplissage des rayons...) qui ont été lésés par cette pratique. « Ils étaient 5 000 à l'époque. Ils ne sont plus que 1 500 à 1 800 aujourd'hui. On estime qu'ils ont perdu jusqu'à 4 000 euros. » La situation a été régularisée en 2007. « Ces salariés sont désormais payés au SMIC 36 heures et 45 minutes. » La CFDT et la CGT ont assigné l'enseigne au tribunal de grande instance de Lille. « Il devrait juger l'affaire cette année. » Aujourd'hui, une audience de conciliation entre Auchan et ses salariés va être menée au conseil des prud'hommes de Lannoy. Les syndicats comme Auchan doutent qu'un accord puisse être conclu.

Me Laurent Marquet de Vasselot, l'avocat d'Auchan dans cette affaire, assure avoir « la certitude que l'enseigne a respecté les dispositions des accords de branche qui incluent le paiement de la pause dans les minima conventionnels ». Il rappelle aussi que cette question concerne l'ensemble de la grande distribution. « Des jugements contradictoires ont été rendus sur ce type de dossiers. Il s'agit d'un débat juridique assez technique sur l'application réglementaire relative au SMIC. » La direction d'Auchan précise par ailleurs qu'avec la rémunération sur treize mois, l'intéressement et la participation, « l'ensemble des salariés d'Auchan perçoivent en moyenne une rémunération globale sur 15,8 mois », et ajoute que « le salaire moyen mensuel des collaborateurs au premier niveau atteint le SMIC + 27 % ».

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 09:23

Auchan France est poursuivi par des employés qui réclament le paiement de salaires non versés entre 2000 et 2007. L'entreprise dit se conformer aux textes.



Une audience de conciliation est prévue vendredi aux prud'hommes de Lannoy.
Environ 1 400 salariés d'Auchan France, soutenus par la CGT et la CFDT, poursuivent leur employeur devant les prud'hommes. Le conseil de Lannoy, près de Roubaix, examinera ce contentieux vendredi lors d'une audience de conciliation.


Les salariés reprochent à l'enseigne nordiste de ne pas avoir respecté la réglementation sur les salaires entre 2000 et 2007. « L'entreprise a omis de payer la totalité de son obligation en digérant le temps de pause dans le temps de travail effectif », explique Guy Laplatine, délégué syndical central CFDT. Ce dernier dénonce « une tambouille machiavélique », qui aboutit à « une grille des salaires minorée de 5 % ».

« Dans le même temps, les comptes Urssaf, retraites et Unedic ont été spoliés, ajoute-t-il. Ils ont spolié tout le monde ».
« Nous nous sommes toujours conformés aux accords de la branche, dit-on à la direction d'Auchan France. De plus, la contestation porte sur une période passée. Les salaires des collaborateurs de niveau 1 (les plus petits salaires, ndlr) sont désormais supérieurs au SMIC ».
« La situation est régularisée pour l'avenir, pas pour le passé, relève Me Stéphane Ducrocq, l'avocat des salariés. Les choses ont été présentées de manière cachée ».
« On est plus ou moins rassurés sur l'issue », indique Gérald Villeroy (CGT), qui fait allusion à des condamnations prononcées à l'encore d'autres enseignes, dont Carrefour. « Auchan se dit toujours dans la légalité. Il n'y a qu'un juge qui pourrait prouver le contraire » .
Depuis 2005, la CFDT et la CGT ont engagé des actions en justice auprès du tribunal de grande instance de Lille. Elles n'ont pas abouti à cette heure.
Les employés demandent le remboursement des sommes qu'ils estiment dues, jusqu'à environ 4 000 euros pour les salaires les plus modestes, selon les syndicalistes.




Source: Nord Eclair

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 08:02

 

  


Auchan a annoncé aujourd’hui la signature d’un partenariat avec Panorama Group en Ukraine. Le Français va louer à cette société immobilière trois hypers existants, à Kiev, Zaporojié et Krivoï Rog.

Ces trois sites représentent une surface de vente totale de plus de 25 000 m2. Il s’agit en fait d’ex-hypermarchés O’Key. Le franchisé ukrainien de cette enseigne russe avait dû jeter l’éponge, laissant la voie ouverte à Auchan. Les trois hypers Auchan doivent ouvrir avant la fin 2009. Ce montage permet au Français d’accélérer son internationalisation tout en limitant ses investissements.

Dirigé par Gérard Gallet, Auchan Ukraine exploite deux hypermarchés, l’un à Kiev, l’autre à Donetsk. Seul distributeur généraliste français en Ukraine, le Nordiste y avait inauguré son premier Auchan il y a un an et demi, en partenariat avec le groupe local Furshet.





Source: Linéaire.com

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 07:48



La société Auchan a été condamnée à 30.000 euros d’amende pour tromperie sur la nature d’une marchandise par le tribunal correctionnel de Belfort.


Le 22 décembre 2006, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et la direction départementale de la répression des fraudes, avait constaté que des pâtisseries décongelées étaient proposées à la vente dans la même vitrine que les fraîches. Il est vrai que les étiquettes indiquaient bien la mention « Produit décongelé à ne pas recongeler » mais les écrits furent jugés trop petits et illisibles. Malgré les premières recommandations, lors d’autres inspections, l’administration constata la même organisation tendancieuse.

Au cours du procès, le magasin fut également condamné à une amende de 30.000 euros pour « publicité mensongère ».

Durant la foire aux vins organisée en septembre 2006, la DDCCRF avait constaté que 80 bouteilles proposées dans le catalogue étaient indisponibles au magasin, ou en quantité insuffisante.





 
Source : Le Pays

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 14:23



Le conseil des prud'hommes de Versailles a annulé le licenciement d'une employée d'un supermarché Atac d'Auneau (Eure-et-Loir). Il condamne la société à réintégrer l'employée, à verser 16 000 euros de dommages et intérêts pour "licenciement en l'absence de cause réelle et sérieuse", ainsi que 1 380 euros pour "licenciement vexatoire". L'employée avait été licenciée pour avoir détourné 60 centimes sur sa carte de fidélité personnelle. Il s'est avéré depuis que ce n'était pas elle qui avait utilisé la carte de fidélité.

La société Atac ne fera pas appel de la décision et elle a proposé à son ancienne employée de la réintégrer.
 
"Nous n'étions pas au courant de cette affaire avant le jugement des prud'hommes"


Ben voyons...C'est un peu léger, comme réaction...

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 10:39



Le parquet de la ville de Moscou a annoncé mardi avoir ouvert une enquête judiciaire contre le réseau d'hypermarchés français Auchan pour vente de produits en violation des règles d'hygiène alimentaire.

Auchan est notamment soupçonné d'avoir vendu des assortiments de saumon et d'esturgeon séchés, des oeufs de saumon et de truite, des conserves de crabe et des huîtres en violation des règles hygiéniques, les experts ayant reconnu ces produits comme dangereux pour la santé.

Ce délit, qui tombe sous le coup de l'article 238 du Code pénal russe, prévoit une peine allant de 300.000 roubles (6.500 euros) d'amende à 10 ans de prison.

Le réseau français de grandes surfaces Auchan est présent dans 14 pays du monde, son chiffre d'affaires annuel étant de 38 milliards d'euros. En Russie, il compte 31 hypermarchés et 14 supermarchés, dont le premier a été inauguré en 2002.

 

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Auchan
commenter cet article

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...