Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 15:39

Repost 0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 11:38


Deux salariés de Cora qui avaient fait savoir qu'ils allaient prendre leur carte après la création d'une section FO ont été licenciés. Le syndicat crie au scandale.

 

SI c'est une simple coïncidence, elle semble curieuse. Le 30 mars, par lettre recommandée, Daniel Blondeau, secrétaire général de Force ouvrière Ardennes, avise le directeur de l'hypermarché Cora que Dany Sobaco est désigné délégué syndical et représentant de FO au comité d'entreprise.
Déjà 30 syndiqués

Une semaine plus tard, deux salariés qui avaient fait savoir qu'ils souhaitaient rejoindre la toute nouvelle section syndicale sont mis à pied. Leur licenciement interviendra le 29 avril.
« Ce n'est pas un hasard mais la volonté de frapper un coup symbolique pour éviter que le mouvement fasse tache d'huile. C'est de l'entrave… » se fâche Daniel Blondeau. Lequel a immédiatement saisi la direction du travail et l'avocat Xavier Medeau (spécialisé dans le droit social) pour préparer une action devant les prud'hommes.

« J'ai aussi écrit au préfet. Celui-ci prêche le dialogue social. Il pourra constater que certains chefs d'entreprise sont loin d'en être de chauds partisans… »
A noter au demeurant qu'aucun syndicat n'avait jusqu'alors réussi à s'implanter dans l'hypermarché, installé sur la zone de Villers-Semeuse depuis les années 70.
« Si j'ai fait confiance à Dany Sobaco, c'est que je le savais costaud mais pas du genre à être intimidé ou à être sensible au chant

des sirènes.
 Mais je n'imaginais pas que la direction de Cora réagirait de cette manière » tonne encore Daniel Blondeau.
« L'ambiance s'est dégradée au printemps. Quand le personnel a appris que des cadres bénéficieraient d'une augmentation salariale alors que les employés de base, eux, verraient leur participation sérieusement diminuée en raison de la crise »
glisse le nouveau délégué syndical.
« Bizarrement, après ma nomination comme délégué, mon supérieur m'a dit que c'était dommage, que je pouvais espérer devenir adjoint… »

Sous-entendu, cet engagement syndical est venu ternir une carrière qui s'annonçait brillante !
Reste le plus sensible, à savoir le licenciement des deux collègues du service sécurité du magasin. « Les faits invoqués ne constituent en rien des fautes graves justifiant des licenciements » estime le responsable départemental de FO (lire par ailleurs).
La justice tranchera.
« Un mini-sondage nous faisait espérer que près de la moitié des employés était d'accord pour rejoindre le syndicat quand il se créerait. Pour l'heure, la manœuvre, a réussi. Les gens ont peur. Mais la section est forte quand même d'une trentaine de syndiqués. C'est un début » conclut Dany Sobaco, 36 ans, employé jusque-là sans histoire…





Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Cora
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 18:07



Le livre de Stéphane Tagliavacca intitulé "Harcelé comment mon patron a fait de ma vie un enfer", sorti le 5 mars dernier, est disponible dans toutes les bonnes librairies (Fnac, Decitre, Virgin etc.) ainsi que sur Internet.

Le livre n'est pas vendu dans la grande distribution qui n'a pas jugé opportun de le distribuer: refus catégorique des grandes surfaces excepté dans les centres Leclerc.

 

 

 

Après le livre de Grégoire Philonenko ( Au Carrefour de l'Exploitation)  publié en....1994 sur le même sujet et déjà introuvable en grande distribution (toutes enseignes...) à l'époque, il est surprenant de voir que rien n'a changer en près de 20 ans dans le milieu de la grande distribution......

La loi de l'Omerta... 

Il est bon tout de même de noter l’attitude de Leclerc…






Source: http://harcelementautravail.over-blog.com/

Repost 0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 16:01

 

Une dizaine d'agriculteurs ont pénétré mercredi à la mi-journée dans un magasin Leclerc à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), afin de dénoncer les marges pratiquées par la grande distribution, a constaté une journaliste de l'AFP.

Lors de cette manifestation, ces adhérents au syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) ont interpellé les clients de la grande surface sur la différence entre le prix payé aux producteurs et celui payé par les consommateurs.

Ils ont cité l'exemple du rôti de porc et de la tranche de jambon vendus entre 8,5 et 12 euros le kilo aux consommateurs et payés environ 1,5 euro le kilo aux producteurs.

Ils ont aussi souligné les écarts de prix sur des viandes comme la dinde (achetée à 1,25 euro le kilo et vendue à 10,30 euros/kg) ou encore l'agneau dont les tarifs triplent entre l'éleveur et le client.


Belle marge non pour ceux qui nous jurent les yeux dans les yeux et la main sur le coeur  défendre le porte monnaie du consomateur... 


"Nous voulons plus de transparence, connaître les marges réalisées par la distribution", a déclaré Jérôme Volle, secrétaire général des JA, émanation de la FNSEA, le principal syndicat agricole en France.

Il a rappelé que c'était un engagement du gouvernement qui devait installer un "observatoire des prix et des marges", organisme qui n'a toujours pas donné de résultats probants, selon lui.


il peut attendre longtemps...

Les JA sont décidés à maintenir la pression. M. Volle a annoncé une série de manifestations identiques le 7 mai, toutes enseignes confondues, dans toute la France.

"Nous sommes inquiets", a renchéri Thierry Lahaye, également adhérent aux JA, avant d'ajouter: "nous ne sentons pas de volonté politique de faire aboutir" cet observatoire.



Depuis le temps ça se saurait...
Les politiques ont perdu  de pouvoir face à la grande distribution...


 

Au bout d'une dizaine de minutes, les manifestants ont été pris à partie par les vigiles du Leclerc qui les ont chassés du magasin alors qu'un journaliste de France Inter a également été bousculé.




Source: AFP 

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Leclerc
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 11:22










En France, les médias tiennent à ne pas "froisser" le 2ième budget pub (presque à égalité avec Carrefour)  de la grande distribution, afin de ne pas risquer de perdre le budget pub de Leclerc...

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Leclerc
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 13:37




L'assemblée générale des actionnaires de Carrefour, qui s'est tenue mardi, a donné l'occasion à des petits porteurs de dénoncer la stratégie et les dirigeants du distributeur.

La salve a démarré par la diatribe de l'un d'eux affirmant que Lars Olofsson, le successeur à la direction générale de Jose Luis Duran en janvier 2009, avait été choisi par Bernard Arnault en personne, au travers de Blue Capital, la holding propriétaire de 13,5% du capital de Carrefour qui rassemble les intérêts du président de LVMHet de Colony.

En réponse à une question d'un autre actionnaire demandant quels étaient les administrateurs absents à l'assemblée, Amaury de Sèze, président du conseil d'administration, a répondu que Bernard Arnault avait eu "un empêchement de dernière minute".



 

Lars Olofsson s'est directement vu reprocher par un actionnaire de ne pas avoir "présenté une stratégie mais fait de l'habillage"

D'autres actionnaires ont en vrac critiqué la dégradation de l'image prix de Carrefour, les inconvénients de la reconversion de ses enseignes des supermarchés et aussi de ne plus avoir d'épiciers dans son conseil d'administration, de proposer un pain plus cher que la concurrence ou de vendre des produits fabriqués en Chine.

"Vous ne contrôlez pas les produits que vous vendez. J'ai acheté à Carrefour des fraises et j'ai eu la chiasse (...) et des chaussettes en taille 46-48 qui, une fois lavées, faisaient du 38, la taille de ma femme", a accusé un autre, soulevant les rires de toute la salle et même des dirigeants présents à la tribune.



Cela les fait rire les dirigeants de Carrefour ?

C’est quand même le monde à l’envers : des (petits) actionnaires / clients  leurs disent ce que tout le monde pense, c'est-à-dire qu’ils vendent n’importe quoi, n’importe comment et ça les faits rigoler…

C’est bien la preuve  que dans cette société l’important ce ne sont plus les clients, ce n’est plus la qualité produits  qu’ils mettent en rayon, mais simplement acheter le moins cher possible…

« La qualité pour tous », leur slogan  c’est pour la pub et la communication, dans les rayons, Carrefour (et les autres enseignes de la grande Distribution) c’est un show room de produits Chinois…

Le prix lui reste bien Français...

 

A la sortie de l'assemblée générale, un analyste, sous couvert d'anonymat, commentait : "Les petits porteurs sont d'autant plus critiques que le cours de l'action a perdu près de 50% de sa valeur l'an dernier".

 







Source: Reuters

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Carrefour
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 07:48



La société Auchan a été condamnée à 30.000 euros d’amende pour tromperie sur la nature d’une marchandise par le tribunal correctionnel de Belfort.


Le 22 décembre 2006, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et la direction départementale de la répression des fraudes, avait constaté que des pâtisseries décongelées étaient proposées à la vente dans la même vitrine que les fraîches. Il est vrai que les étiquettes indiquaient bien la mention « Produit décongelé à ne pas recongeler » mais les écrits furent jugés trop petits et illisibles. Malgré les premières recommandations, lors d’autres inspections, l’administration constata la même organisation tendancieuse.

Au cours du procès, le magasin fut également condamné à une amende de 30.000 euros pour « publicité mensongère ».

Durant la foire aux vins organisée en septembre 2006, la DDCCRF avait constaté que 80 bouteilles proposées dans le catalogue étaient indisponibles au magasin, ou en quantité insuffisante.





 
Source : Le Pays

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Auchan
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 12:44



Carrefour, le numéro deux mondial de la distribution, est l'objet en Indonésie d'une enquête de la Commission de la concurrence sur des soupçons d'abus de position dominante, des accusations que réfute l'enseigne française.

Et en France, comment appelle t'on un distributeur qui détient 50% de part de marché...

Nous , toujours rien vis à vis de Carrefour qui dans certaines communes à sa part de marché de plus de 65%...

Donc la concurrence bat son plein.


La direction de Carrefour Indonésie a été auditionnée lundi par la KPPU, la Commission de contrôle de la concurrence, "afin d'apporter des clarifications sur les soupçons d'abus de position dominante", a indiqué à l'AFP Junaidi, porte-parole de la Commission.

Carrefour s'est fortement développé depuis 1998 dans le quatrième pays le plus peuplé au monde, où il contrôle quelque 70 magasins, dont 45 hypermarchés. Il est ainsi devenu l'une des enseignes les plus connues dans un pays où les achats se font traditionnellement dans les marchés en plein air et les petites épiceries.

Il a renforcé sa position de leader en acquérant en 2008 l'enseigne Alfa Retailindo, qui comptait 29 magasins, pour un prix de 49 millions d'euros.
Selon M. Junaidi, l'enseigne française contrôlerait désormais 66,7% du marché "en amont" (entre fournisseurs et distributeurs).
Elle serait ainsi en "position dominante" et en profiterait pour faire pression sur les fournisseurs.

Et comment peut on imaginer ne serait ce qu’1 minute que Carrefour 2ième groupe mondial de distribution et détendeur de 50% du marché Français, puisse faire pression de façon insidieuse avec ses fournisseurs…
Chez les autres oui, mais pas
chez nous en France…   




"Nous rejetons ces allégations. Nous n'avons pas de position dominante car notre part de marché est de 17%" dans le segment de la distribution moderne (en grandes surfaces), répond Irawan D. Kadarman, le porte-parole de Carrefour Indonésie, en citant des chiffres de l'institut AC Nielsen.

Il précise que la société avait obtenu en 2008 le feu vert des autorités boursières et ministérielles au rachat d'Alfa Retailindo.


Nous c'est le gouvernement Français et Bruxelles qui à validé la fusion Carrefour/Promodes et ainsi stopper la concurrence en France...
Et bien sûr toujours pas d'enquête.

L'ouverture de l'enquête survient dans un contexte de forte concurrence entre distributeurs en Indonésie, un marché au fort potentiel de développement.
"Certaines personnes sont préoccupées par l'importance prise par Carrefour", indique une source citée par l'hebdomadaire Tempo.

En France, a priori ça ne choque personne...surtout pas nos élus...


Source: Le Figaro/AFP

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Carrefour
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 07:21

 

 

 

 

 

Le patron du magasin Intermarché de Guise comparaissait mardi devant le tribunal pour harcèlement moral.
Une quinzaine d'anciens employés du supermarché se sont retournés contre lui, lui reprochant brimades, insultes, pressions incessantes.
 
Ces derniers disent avoir vécu l'enfer, lui évoque des méthodes de travail différentes. Délibéré le 12 mai.

Il est resté inflexible pendant les trois heures de procès.
Le Pdg de l'Intermarché a pourtant vu défiler une quinzaine de ses anciens employés à la barre, la plupart en larmes.

La première à venir s'exprimer est l'ancienne chef du rayon fruits et légumes. Elle avait déjà été la première à porter plainte. « J'ai toujours accepté ce qu'il m'a demandé, c'est mon patron c'est normal, dit-elle la voix tremblante. Mais les brimades ce n'est pas acceptable. Tout ce que je faisais était nul. J'étais une bonne à rien. C'était des insultes sans arrêt. Je prenais mon service à 5 heures au lieu de 6 heures, pour ne pas l'entendre. Je voudrais qu'il comprenne le mal qu'il a pu me faire. Aujourd'hui j'ai peur de retravailler de peur de retomber sur quelqu'un comme lui ».

« Je ne licencie pas, je pousse à bout »

Au moins, ça a le mérite d'être clair...


Les témoignages de ses anciennes collègues vont dans le même sens. « Le matin on se demandait si on allait descendre de voiture. On était tout le temps rabaissés. »
Dépressions, démissions, licenciements pour inaptitude, au total 13 employés de longue date quittent l'entreprise dans les mois qui suivent l'arrivée du nouveau patron en janvier 2006. Calmement, il revient sur cette

 

 

période « Le magasin perdait de l'argent, et il fallait des résultats, je ne le cache pas », lâche le chef d'entreprise. Après une période d'observation certains employés ne remplissaient pas leur tâche de travail c'est vrai. Je n'ai pas peur de le dire lorsque j'ai repris le magasin on avait trop de personnel. » Malgré tout, il nie tout harcèlement moral.

Une version que viennent conforter plusieurs témoins, dont des délégués du personnel encore en poste. Curieusement, ils disent n'avoir rien su des conflits à l'intérieur du magasin.

Auraient' ils peur pour leur emplois...
Pourquoi chez la plupart des indépendants (Leclerc, Intermarché et Sustème U, il n'y à pas de syndicat?...


D'autres affirment pourtant avoir surpris des conversations édifiantes. « Je ne licencie pas les gens, je les pousse à bout. », aurait affirmé le prévenu. Son avocat, Me Margules estime que son client « n'est pas un salaud. C'est un chef d'entreprise qui veut travailler et dont le style déplaît. » Pour lui, « ce ne sont pas les larmes qui font les preuves. » Toute la difficulté de prouver le harcèlement moral est là. Les juges auront un mois pour faire la part entre pouvoir disciplinaire et harcèlement.
Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Intermarché
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 05:40





U Express, rue de Brest, a pris la décision d'ouvrir le dimanche matin. Problème : il s'agit d'un supermarché d'environ 1 000 m2. Le maire est contre.




«
 Nouveaux horaires : du lundi au samedi, de 8 h 30 à 21 h, et le dimanche à partir de 9 h. » Cette annonce sur la devanture du U Express de la rue de Brest, ancien Super U, a tout de suite suscité des réactions. Celles des concurrents qui souhaitaient en savoir plus, mais aussi des élus. Daniel Delaveau, maire et vice-président de Rennes Métropole, a condamné cette initiative hier :
 « C'est tout à fait contraire aux orientations décidées dans le cadre de notre charte d'urbanisme commercial et de son volet social. »

Depuis une quinzaine d'années, la non-ouverture des commerces le dimanche et les jours fériés tenait grâce à cette charte qui restreint ce qu'autorise la loi au niveau national. « La décision de Rémy Langlois va faire voler en éclat un travail réalisé depuis 15 ans », souligne Honoré Puil, vice-président à Rennes Métropole délégué à l'urbanisme commercial.

Rémy Langlois, c'est le directeur de ce supermarché U Express. Seulement, ce qui risque de perturber la signature de la charte pour 2009, c'est qu'il est aussi vice-président à la Chambre de commerce et d'industrie de Rennes en charge du commerce. Ce dernier ne souhaite pas s'exprimer ne voulant pas polémiquer.

Ben voyons : Il  profite d’un changement d’enseigne pour contourner la loi ainsi que de faire voler en éclat un compromis qui tiens depuis plus de 15 ans et Monsieur refuse de s’exprimer pour pas faire de polémique…

Encore un bon lui…



Certains diront que certaines surfaces alimentaires sont d'ores et déjà ouvertes le dimanche matin à Rennes, « mais c'était réservé aux supérettes de 400-600 m2 », indique Honoré Puil. Là, il semblerait que l'ancien Super U qui dépassait les 1 000 m2 soit redescendu à 950 m2 environ, incluant l'espace presse.

C'est bien en changeant d'enseigne que Rémy Langlois a décidé d'ouvrir le dimanche matin. Le système U Express, c'est un package qui impliquerait l'ouverture le dimanche matin et une fermeture plus tardive le soir. C'est aussi un magasin de centre-ville et de proximité où l'accueil est soigné, les prix constants toute l'année... Objectif : faire toutes ses courses, pas simplement du dépannage, sans y passer une heure.

Repost 0
Published by anti.grande.surfaces - dans Systeme U
commenter cet article

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...