Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 07:36

Carrefour2.jpg

 

 

 

Le parquet d’Evry a requis hier une contravention de 7 500 euros par salarié lésé dans un vaste dossier de non-respect du Smic, lors d’une audience devant le tribunal de police d’Evry, qui concernait environ 1 200 salariés dans douze magasins Carrefour.

 

Le tribunal rendra sa décision

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 07:40

Carrefour2.jpg

 

 

A compter de 2012, lorsque l'accord de principe signé mardi à Saintes sera finalisé, le Carrefour Market d'Angoulême (rue Goscinny) prendra le nom de Marché U. Il en sera de même des sept hypermarchés et trente et un supermarchés que gère la Coop Atlantique dans la grande région.

 

Le conseil de surveillance de la société, dont le siège est à Saintes, a entériné ce rapprochement avec Super U ouest qui signe en même temps son divorce avec Carrefour. Ce dernier daterait du 31 décembre dernier.

 

Suite à des différends récurrents sur les questions de marges, Coop Atlantique a fini par mettre un terme à un partenariat qui datait de 1998.

 

Les hypermarchés et supermarchés de la coopérative saintaise adopteront donc le U. Ses 179 magasins de proximité garderont leurs enseignes Coop ou Ecofrais.

 

«Coopérative de consommateurs fondée en 1881, Coop Atlantique rejoindra ainsi Système U, un réseau de coopératives de commerçants qui partagent des valeurs communes», explique le communiqué. Coop Atlantique y indique également son chiffre d'affaires 2010: 687 millions d'euros, en hausse de 2,5% par rapport à 2009. La coopérative représente 4 245 emplois dont 732 à Saintes en additionnant les salariés du siège, des trois entrepôts et de son hypermarché.

En Charente, la Coop Atlantique est implantée sous des enseignes Carrefour dans sept localités: Angoulême, La Couronne, Saint-Yrieix, Jarnac, Montmoreau, Mansle et Roumazières.

 

 
Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 07:00

Carrefour2.jpg

 

Les enseignes de hard discount et celles de Carrefour subissent un fort recul de leurs parts de marché alimentaires (PGC et produits frais LS) en mars, selon les données du panel Kantar que LSA s'est procurées. Leclerc et Auchan continuent de fortement progresser, dynamisés notamment par leurs drive.

 

Début d'année décidément difficile pour Carrefour France. Après un recul de 0,6 point de sa part de marché alimentaire en janvier et de 0,4 point en février, le groupe recule de nouveau fortement en mars, perdant - 0,7 point à 24,7 % sur la période du 21 février au 22 mars selon les chiffres de Kantar que LSA s'est procurées. Carrefour hyper baisse de 0,4 pt (12,4 %), Carrefour Market de 0,3 pt (8,6 %) et Dia/Ed de 0,2 pt (2,3 %). Autre groupe en fort recul : Intermaché qui perd 0,5 pt (12,9 %) avec son enseigne phare en baisse de 0,3 pt (11,7 %) et Netto de 0.1 pt (0,8 %). Le hard discount poursuit, lui aussi, sa spirale baissière, perdant 0,5 pt de part de marché à 13,5 %, principalement du fait des baisses de Dia/Ed et de Leader Price (-0,1 pt à 2,8 %), alors que Aldi et Lidl restent stables (à respectivement 2,4 et 4,6 % de part de marché).

Les grands gagnants de la période sont, une fois de plus Leclerc (+0,8 à 17,8 %) et Auchan (+0,3 à 8,5 %) qui profitent de gains de surfaces et de l'apport de plus en plus marqué de leurs drive. Le groupe Casino se défend bien également (+0,3 pt à 13,1 %) avec, une fois n'est pas coutume, un  gain de 0,1 point de part de marché chez Géant (3,1 %).Système U reste sur une évolution modérée (+ 0,1 point à 9,2 %, une part de marché qui intègre pour la première les magasins Utile.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 06:55

Carrefour2.jpg

 
 
À Carrefour, les négociations salariales et les conditions de travail ont amené les syndicats, et surtout Force Ouvrière, à lancer un mouvement de grève national, ce samedi. Dans les deux magasins de Beaulieu et de la Beaujoire, où ce syndicat est majoritaire, 80 % des employés ont suivi le mouvement, dès 8 h, hier matin. En réponse au préavis, une affiche annonçant la reprise des négociations pour le 13 avril était placardée par toutes les directions des 110 Carrefour en France, le vendredi matin, mais l'effet dissuasif escompté n'a pas eu lieu.

 

À Beaulieu

Les grévistes ont tout d'abord décidé de se placer, le matin, du côté des portes réservées aux convoyeurs de fonds de la Brinks, et comme le règlement interdit toute présence autour des transferts de fonds, ceux-ci sont repartis sans dépôt d'argent. Puis, une soixantaine d'employés se sont dirigés vers l'entrée du Carrefour et ont filtré les entrées des clients, en chantant et distribuant des tracts afin d'informer la population de la teneur de leur mouvement. Ambiance bon enfant, même du côté de Jacky Le Commandeur, directeur du magasin : « Nous respectons le droit de grève. Tant que cela se passe bien, pas de problèmes. Et nous nous adaptons pour servir au mieux notre clientèle. »

À la Beaujoire

Si les grévistes étaient aussi nombreux, l'ambiance était là plus tendue. Jacques Landrin, le directeur (qui n'a pas souhaité s'exprimer), a, selon le syndicat, fait appel à des intérimaires (une vingtaine) pour le travail de nuit. « Inacceptable, explique Alain Fargues, délégué de Force ouvrière. Nous verrons lundi quelles suites donner après en avoir référé à l'Inspection du travail. C'est une atteinte au droit de grève. Et pour couronner le tout, dès 8 h 30, un huissier était sur place pour constater notre mouvement. » L'action des grévistes dans ce magasin aux multiples entrées de parkings et de magasin, était un peu différente. Le filtrage s'est effectué aux deux entrées de parkings, ce qui a entraîné, surtout un samedi, de longues files de voitures et des clients agacés, choisissant le plus souvent d'aller faire leurs courses ailleurs.

À Saint-Herblain

Seul magasin nantais où le syndicat Force ouvrière n'est pas représenté, vingt-cinq employés (10 %) avaient néanmoins décidé de se joindre au mouvement national, « car nous sommes dans la même panade », pouvait-on entendre. L'action était forcément moindre et se résumait à une information devant les portes d'entrées. « Y'en a marre de voir les actionnaires se remplir les poches, alors qu'on nous refuse une augmentation de 3 % de salaire et qu'en plus, on nous sucre notre intéressement », s'exclame l'une des grévistes.

Malgré tout, les trois centres commerciaux sont restés ouverts toute la journée.

 
 
À Carrefour, les négociations salariales et les conditions de travail ont amené les syndicats, et surtout Force Ouvrière, à lancer un mouvement de grève national, ce samedi. Dans les deux magasins de Beaulieu et de la Beaujoire, où ce syndicat est majoritaire, 80 % des employés ont suivi le mouvement, dès 8 h, hier matin. En réponse au préavis, une affiche annonçant la reprise des négociations pour le 13 avril était placardée par toutes les directions des 110 Carrefour en France, le vendredi matin, mais l'effet dissuasif escompté n'a pas eu lieu.

 

À Beaulieu

Les grévistes ont tout d'abord décidé de se placer, le matin, du côté des portes réservées aux convoyeurs de fonds de la Brinks, et comme le règlement interdit toute présence autour des transferts de fonds, ceux-ci sont repartis sans dépôt d'argent. Puis, une soixantaine d'employés se sont dirigés vers l'entrée du Carrefour et ont filtré les entrées des clients, en chantant et distribuant des tracts afin d'informer la population de la teneur de leur mouvement. Ambiance bon enfant, même du côté de Jacky Le Commandeur, directeur du magasin : « Nous respectons le droit de grève. Tant que cela se passe bien, pas de problèmes. Et nous nous adaptons pour servir au mieux notre clientèle. »

À la Beaujoire

Si les grévistes étaient aussi nombreux, l'ambiance était là plus tendue. Jacques Landrin, le directeur (qui n'a pas souhaité s'exprimer), a, selon le syndicat, fait appel à des intérimaires (une vingtaine) pour le travail de nuit. « Inacceptable, explique Alain Fargues, délégué de Force ouvrière. Nous verrons lundi quelles suites donner après en avoir référé à l'Inspection du travail. C'est une atteinte au droit de grève. Et pour couronner le tout, dès 8 h 30, un huissier était sur place pour constater notre mouvement. » L'action des grévistes dans ce magasin aux multiples entrées de parkings et de magasin, était un peu différente. Le filtrage s'est effectué aux deux entrées de parkings, ce qui a entraîné, surtout un samedi, de longues files de voitures et des clients agacés, choisissant le plus souvent d'aller faire leurs courses ailleurs.

À Saint-Herblain

Seul magasin nantais où le syndicat Force ouvrière n'est pas représenté, vingt-cinq employés (10 %) avaient néanmoins décidé de se joindre au mouvement national, « car nous sommes dans la même panade », pouvait-on entendre. L'action était forcément moindre et se résumait à une information devant les portes d'entrées. « Y'en a marre de voir les actionnaires se remplir les poches, alors qu'on nous refuse une augmentation de 3 % de salaire et qu'en plus, on nous sucre notre intéressement », s'exclame l'une des grévistes.

Malgré tout, les trois centres commerciaux sont restés ouverts toute la journée.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 11:12

leader

 

 

 

Bonjour,

 

je voulais juste dire que la semaine dernière j'ai commencé dans un magasin Leader Price comme assistant de direction, donc le jeudi j'arrive pour 7 h comme demandé et là on m'annonce que je ferais 7h 20 h pour apprendre le métier,

 soit 13h par jour et en fin de journée j'apprend par le directeur régional qui venait faire ma connaissance , entre autre, que les heures sup ne sont pas payées,

donc pour résumer pour travailler chez eux il aurait fallu que je fasse 13 h par jour payées 7 h

et donc faire cadeau pendant ma formation de 6h par jour et tout ça pour 1260 € net,

donc je suis partis et je recherche à nouveau un travail, voilà.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Leader Price
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 07:37

 

 

 

Carrefour2.jpg

 

 

 

Le conseil des prud’hommes de Bordeaux a donné raison lundi 28 mars à 132 salariés de Carrefour de la banlieue bordelaise qui dénonçaient le fait que leur pause soit incluse dans leur salaire

Le forfait pause de vingt minutes est-il un élément de la rémunération ? À cette question, le juge départiteur du conseil des prud’hommes de Bordeaux a répondu par la négative, donnant ainsi raison aux salariés de Carrefour dans l’agglomération bordelaise. Le géant de la grande distribution devra verser 500€ de dommages et intérêts aux plaignants.

« Tous ces employés, qui sont smicards, vont percevoir entre 3000€ et 4000€, une somme qui va leur faire beaucoup de bien », se réjouit Denis Lauxire, secrétaire général du syndicat des services de la Gironde à la CFDT, qui s’était porté partie civile. À Mérignac, Bègles et Lormont, 132 employés de l’enseigne estiment qu’ils ont été lésés sur le mode de calcul de leur salaire jusqu’en janvier?2009. Un manque à gagner estimé entre 1500€ et 3000€ par personne.

« Si l’on exclut de leur rémunération mensuelle le forfait pause, ils ont été payés au-dessous du smic », s’indigne leur avocate, Me Myriam Laguillon. Selon la CFDT, 70% du personnel de ces trois hypermarchés Carrefour aurait été « victimes de cette injustice entre 2003 et 2008 ».

«Cette décision devrait forcer la direction à négocier davantage»

« C’est une pratique illégale dénoncée à plusieurs reprises par l’Inspection du travail et par de nombreuses juridictions », a rappelé l’avocate des salariés à l’audience du 24janvier. « Carrefour ne fait qu’appliquer la convention de branche », avait, pour sa part, plaidé Me Daniel-Julien Noël, avocat du distributeur.

Pourtant, « depuis janvier 2009, l’enseigne commerciale a unilatéralement changé de pratique pour se mettre en conformité avec le droit, mais sans effet rétroactif, fait remarquer Me Myriam Laguillon. Ils reconnaissent implicitement l’illégalité de cette pratique. »

Elle avait donc réclamé des dommages et intérêts et un rappel de salaires de cinq ans au titre de la législation sur le smic, ainsi que 189€ par salarié et par an pour frais de nettoyage des vêtements de travail à leur charge. Sur tous ces points, les salariés ont gagné. « Cette décision devrait forcer la direction à négocier davantage et à ne pas aller systématiquement au conflit », estime Denis Lauxire.

«Nous allons déposer une centaine de dossiers»

Ces pratiques de Carrefour sont loin d’être isolées. À Lyon, à Angers, à Montpellier… d’autres salariés de Carrefour ont également engagé des recours en justice. Selon, la CFDT, 32?000 personnes sont concernées. Et les réponses des tribunaux diffèrent. Le 24 octobre 2008, le tribunal de police de Lyon a condamné Carrefour à verser 1,2 million d’euros, mais la cour d’appel a relaxé ce géant de la grande distribution.

Plus récemment, le 1er mars, le tribunal des prud’hommes d’Évry a condamné le groupe pour non-respect du smic à l’encontre d’une soixantaine de salariés du magasin situé dans le centre commercial Carré-Sénart, à Lieusaint, en Seine-et-Marne. Le 16 février, pour la première fois, la Cour de cassation avait donné raison à la CGT et à la CFDT, qui dénonçaient des salaires inférieurs au smic.

Déterminé, Carrefour devrait faire appel de cette décision des prud’hommes de Bordeaux devant la Cour de cassation. La CFDT va également poursuivre le combat. « D’ici au mois d’avril, nous allons déposer une centaine de dossiers, car d’autres salariés n’ont pas osé porter l’affaire en justice. Maintenant que nous avons gagné, il faut aller jusqu’au bout de la démarche », indique Denis Lauxire.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 22:19

Carrefour2.jpg

 

 

Le géant français de la distribution Carrefour a conclu hier un accord avec ses employés de Shanghai, selon lequel leurs salaires seront augmentés de 8%,

et cela après deux mois de négociations.

 

Selon l'accord, quelque 4 700 employés, soit 70% des effectifs de carrefours à Shanghai, seront payés 5% de plus que le salaire minimum moyen de la ville. Ce salaire minimum s'établit à 1 120 Yuans (171 Dollars US), et devrait être porté à 1 280 Yuans en avril.

 

En plus de l'augmentation de salaire, les employés de Carrefour recevront aussi une prime équivalente à un mois de salaire à condition qu'ils travaillent pour l'entreprise depuis au moins un an. Parmi les autres avantages accordés, des contrôles de santé pour les employées.

 

Li Jing, un responsable de Carrefour, a dit que le détaillant avait mis sur pied un système de négociation collective des salaires à Shanghai pour permettre aux employés de négocier les salaires et avantages sociaux avec leurs patrons, par l'entremise des syndicats. Mais il a refusé de s'exprimer sur l'augmentation salariale moyenne de 8%.

 

 

Carrefour était tombé sous le feu des critiques en janvier dernier quand les médias locaux avaient rapporté qu'il payait ses employés au minimum obligatoire depuis douze ans.

 

( Il n'y a pas qu'en France alors...)

 

Les employés non-cadres de Carrefour à Shanghai gagnaient 1 075,77 Yuans par mois en 1998, mais seulement 1 124 Yuans en 2010, alors que les prix à la consommation ont plus que doublé sur la même période dans la ville.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:12

Carrefour2.jpg

 

 

Force Ouvrière, le plus gros syndicat chez Carrefour avec 45% des voix appelle à la grève le 9 avril pour exiger la réouverture des négociations salariales. Celles-ci se sont soldées sur une proposition d'augmentation de 1% en mars suivie de 1% en octobre. Ces propositions sont soumises à signature d'ici au 31 mars.

 

"Les négociations annuelles obligatoires ont débouché sur un projet d'accord minimaliste que FO juge inacceptable", écrit le syndicat dans un communiqué repris par l'AFP.

La direction a par ailleurs prévu, dans son projet, de faire passer de 7 à 10% la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés pour les salariés de l'enseigne, ainsi qu'une prise en charge de l'entretien des tenues de travail à concurrence de 6 euros par trimestre, a indiqué à l'AFP Serge Corfa, délégué central CFDT.

 

Autre mauvaise nouvelle, Carrefour  a été condamné ce lundi par le conseil de prud'hommes de Bordeaux pour non-respect du Smic à l'encontre de 150 salariés de deux de ses hypermarchés de la banlieue bordelaise, a indiqué à l'AFP l'avocate des salariés.

Carrefour a été condamné à verser environ 500.000 euros

selon une source syndicale.

Le  groupe Carrefour a l'intention de faire appel.

 

 

Carrefour, c'est 10.000 emplois supprimés en 4 ans en France...

 

 

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:06

aldi

 

 

 

Le groupe allemand de supermarchés discount, Aldi, a beau se porter à merveille en contexte de crise, il n'en est pas de même pour ses salariés de l'entrepôt de Bois-Grenier. Hier, ils étaient une dizaine sur les quatre-vingts salariés du site, basé à la zone de la Houssoye, à s'être mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Un mouvement qu'ils reconduisent ce matin.

 

 

 

« Nous sommes à bout. Là, on craque », lance un jeune homme, préparateur de commande. S'ils disent avoir osé défier la direction en n'acceptant pas de signer un accord pour une prime d'intéressement, qu'ils jugent trop basse, ils avouent aujourd'hui en payer les pots cassés. « On nous met beaucoup de pression », explique l'un d'entre eux. Tous dénoncent « des convocations abusives, des menaces et le non respect au droit de l'individu ».

Ils parlent également d'une productivité qui se serait accrue sans moyens supplémentaires et d'une direction qui serait restée sourde à leur mal-être.

 

« Les syndicats ont adressé trois courriers à la direction pour évoquer ce sujet, explique Frédéric Leblond, délégué du personnel CGT. Elle n'a jamais répondu. » Ils demandent aussi que les contrats 30 heures soient augmentés à 35 heures et non compensés par des intérimaires.

 

« On appréhende de venir travailler. Nous sommes en souffrance. On n'a trouvé que le moyen de la grève pour nous faire entendre », poursuit Cathy Jaspart, élu FO et vingt ans de boîte. Avant 1998, date de l'implantation de l'entrepôt à Bois-Grenier, elle travaillait à celui de Cuincy (dans le Douaisis).

 

Ces deux sites approvisionnent l'ensemble des magasins de la région, soit soixante-seize pour Bois-Grenier et quatre-vingt-dix pour Cuincy.

 

 

Hier, l'ensemble des titulaires des préparateurs de commandes en frigo était en grève. Il pourrait donc y avoir des retards dans l'approvisionnement des magasins ce matin. « Il est possible qu'ils aient rappelé des gens sur leur jour de congé pour éviter cela », soupire Frédéric. Nous n'en saurons malheureusement pas plus.

 

Contactée à deux reprises, hier, la direction n'a pu nous répondre pour cause de « réunion tout au long de la journée ».

La seule chose que nous pouvons affirmer et qui peut être un élément de réponse quant au mal-être, évoqué par les salariés, est la décision rendue par le Tribunal de grande instance de Lille, le 5 octobre 2010, qui déboutait la SARL Aldi Marché Bois-Grenier de ses demandes.

La SARL sollicitait la condamnation du CHSCT du site (Comité d'hygiène et des conditions de travail) pour avoir décidé de confier à un cabinet d'expertise une mission sur l'ensemble des magasins du groupe. Ce cabinet devait étudier les risques psychosociaux au sein de ces supermarchés.

 

Le TGI a non seulement rejeté la contestation soulevée par ALDI mais l'a également condamnée à verser 1 554,80 E au CHSCT. « Les travaux d'études pour cette expertise sont en cours, précisait Me Maxime Moulin, avocat du CHSCT. Tout un ensemble d'éléments, comme des lettres de salariés, des jugements aux prud'hommes ou encore des courriers de l'inspection du travail, laisserait penser qu'il y a des risques psychosociaux. » Aldi a fait appel de cette décision.

 La cour d'appel de Douai rendra son jugement le 4 mai.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Aldi
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:00

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Leclerc
commenter cet article

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...