Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 16:24

 

 

Une information RTL nous apprend la probable mise en examen pour discrimination à l’embauche du directeur des hypermarchés du groupe Lidl de la région parisienne, de l’Oise et de l’Aisne.

 

 

Il avait été placé e garde à vue mardi en compagnie de son directeur administratif.

Ils sont soupçonnés d’avoir refusé de recruter tous les étrangers, titulaires de cartes de séjours « vie privée et familiale »

 

Source RTL.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Lidl
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 16:17

auchan.jpg

 

 

Une cinquantaine de salariés d'Auchan ont manifesté hier matin pendant une heure devant l'hypermarché pour réclamer la réouverture de négociations salariales, après un appel national à la grève de la CFDT.


« Ce chiffre n'est pas négligeable. Ils étaient environ 150 à être présents hier  », a estimé Guy Laplatine, délégué syndicat central CFDT, Au coeur de le contestation : les salaires. « Les grilles de salaires sont écrasées », dénonce Olivier Camus, délégué syndical CFDT.

 



« On demande bien plus que le Smic »

« Notre grille de salaires est supérieure à la grille professionnelle », répond François Cathalifaud, responsable de la communication d'Auchan.

L'augmentation du Smic de 2 % est normalement prévue demain. Mais elle suffit pas aux salariés. « Elle ne concerne que les salariés qui sont en dessous du seuil. Et les autres ? », réplique Guy Laplatine.

« On demande plus que le Smic »
, a déclaré Cédric Aucoin, délégué du personnel.


Les différends sur les salaires entre la direction et le personnel ne datent pas d'hier. Cette année, la direction avait pourtant ouvert des négociations salariales, au terme desquelles elle a proposé aux salariés une augmentation de 1.5 %. « Les salariés n'ont pas signé d'accord » , explique le responsable de la communication.

Les membres de la CFDT demandent bien plus : une augmentation de salaires de 4,5 % pour tous.

Actuellement, les salariés touchent un treizième mois, un intéressement et une participation annuelle de l'entreprise. « Le problème, c'est que la prime de participation n'est pas comptabilisée pour la retraite. Mais on paie des impôts dessus », ajoute Cédric Aucoin.

L'autre pomme de discorde, c'est le travail du 1er Mai. « Cette année, il est tombé un dimanche, et on ne l'a pas récupéré. Les autres années, on a pu le faire », précise Guy Laplatine. « Tout ce qu'on demande, c'est que le coût de la vie ne dépasse pas nos salaires », conclut le délégué.

Les salariés espèrent avoir des réponses de la direction après la réunion du comité central de l'entreprise qui s'est tenue hier et qui doit se poursuivre aujourd'hui.

Repost 0
Published by Caddyman - dans Auchan
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 16:14

geant.jpg

 

 

Les élus CGT et Autonome du Géant Casino de Béziers Montimaran manifesteront toute la journée devant leur établissement. Ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles au sein de leur établissement et veulent partager leur crainte avec les clients de l’établissement.

"Nous constatons que les salariés souffrent, que les conditions de travail sont de plus en plus dégradées ce qui provoque un mal-être au travail", explique Stéphane Pommier le représentant syndical CGT de Casino.

 

La clientèle aura toujours accès au magasin. Les salariés se réuniront dès 5 h du matin devant l’entrée du personnel. Puis à l’ouverture des commerces, ils resteront devant l’entrée où ils distribueront des tracts et feront signer des pétitions. Les salariés ne sont pas autorisés à rentrer dans la galerie marchande car elle est aussi la propriété de commerces indépendants qui ne sont pas concernés par le mouvement social.

Dans le courant de la journée, les manifestants se déplaceront vers le rond-point devant l’établissement de restauration rapide où ils distribueront encore des documents relatant leur difficulté au travail.

Après une rencontre avec les syndicats, la direction aurait joué sur la corde sensible en insistant sur le fait que les salariés allaient gêner la clientèle avec un tel mouvement. La direction n’a pas souhaité s’exprimer sur ce conflit.

En attendant, les salariés assuraient hier : "Ne vouloir en aucun cas ennuyer les clients de cette grande surface, bien au contraire. Nos cadences augmentent, les amplitudes horaires de travail se dégradent, les effectifs sont en baisse, on nous demande d’être polyvalents mais il n’y a pas de reconnaissance salariale, on fait le forcing pour nous faire travailler les jours fériés et les dimanches, nos primes ne cessent de baisser et nos salaires n’évoluent pas malgré l’ancienneté. Cela ne peut plus durer", insistaient encore les représentants syndicaux.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Géant-Casino
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:52

auchan.jpg

 

 



Voici 4 mois que j'observe celle que j'aime exercer dans une de ces structures totalement déshumanisante et ou le management par la terreur n'est qu'une constante, la loi ultime. Plus, toujours plus jusqu'à la rupture..

Obsédé par son envie de réussir, mon amour accepte l'inacceptable et finie par se perdre dans les méandres d'une existence sans rire et sans joie. En quatre mois, je ne l'ai pas vu faire moins de 14h / jour 6j/7 sur son poste de chef de rayon (en formation).

 

Nous atteignons désormais une vitesse de croisière de 90h/semaine avec une pointe la semaine dernière à 99h/semaine. Imaginez-vous ce que cela signifie ?

Je vois ma femme rentrer entre minuit et une heure du matin, puis se réveiller à nouveau à 4h pour repartir dans l'enfer du transpalette, des résultats qui ne sont jamais bons, des absents qu'il faut toujours remplacer, des supérieurs tirants qui n'ont plus une once de raison dans leur cerveau aujourd'hui totalement inerte.

  

Ces chiens de supermarché ont parfaitement saisie l'opportunité qui siège en eux en disposant d'une telle main d'œuvre malléable à merci. Malheureusement, elle ne voie pas le poteau rose et ce qui l'a métamorphosera à jamais si elle s'obstine dans une telle direction. Une vie pour Auchan.

Rien à soi, pour des produits froids dans des rayons fades.

Totalement vide, submergée par une fatigue dévastatrice, l'esprit formaté, 10kg en moins sur la balance, elle ne supporte plus de me faire supporter çà et elle me quitte pour distiller notre amour dans cette réalité, avant, selon elle, qu'il ne soit trop tard et que l'on se déchire. Triste réalité. Je ne peux pas lutter contre la machine à broyer Auchan qui elle dispose de celle que j'aime 20h sur 24.

 Mais combien de temps un être peut-il supporter cette pression ? Même sous le couperet de cette culture d'entreprise inculquée lors de ces formations à l'efficacité scientifiquement prouvée.

Et pourquoi me refuser mon sacrifice pour celle que j'aime ? car l'amour n'est que le don de soi.

Bref, mes nerfs doivent parler. Je chierai à jamais sur le logo Auchan, sur tous ces cons avides de résultat, sans âme ni conscience, inapte à respecter l'intégrité de leurs salariés réduits à l'état d'esclave.

 

Toute ma compassion va donc à ma femme et à toutes ces personnes qui, par ambition ou peur de l'avenir, se raccrochent à de telles fonctions, les vidant de toutes leurs libertés. Toute ma douleur, mon amour, et ma raison ne peut plus rien y faire, j'ai pourtant, me semble t'il, caresser la peau de son âme avec toute le bon sens dont je dispose, argumentation construite, les valeurs essentielles au devant mais rien n'y fait, je l'a perds à jamais dans 7 jours où elle se téléportera dans son nouvel appartement sans mon épaule pour la soutenir et l'a réconforté.

 Peut-être que les gens comme elles doivent se prendre le mur pour comprendre, même si je ne peux que lui souhaiter de réussir, je ne peux m'empêcher de lui souhaiter aussi d'ouvrir un jour les yeux sur l'enfer tiède qu'elle choisie aujourd'hui.

4 années d'amour mis à la décharge pour un poste de chef de rayon, alors que nous nous aimons, à quoi de plus irrationnel pouvais-je m'attendre ? Rien.

Ces quelques mots sont donc un simple testament d'amour mis en sacrifice pour l'avarice d'un géant (si petit) de la grande distribution. Je ne travaille pas dans ce secteur et j'en suis heureux. Je sais néanmoins que les fonctions sont certainement très motivantes et que la notion de chalenge est constante. Pourtant, je ne pourrais jamais accepter que des êtres offrent leur vie en sacrifice pour un logo, car au final, il ne s'agit que de çà. Soyez en convaincu, faire de sa vie une œuvre n'est assurément pas çà.

Merci Auchan et à toutes ces entreprises folles, que l'avenir se rappelle juste à votre ivresse et vous fasse payer le prix de toutes ces âmes que vous aurez dérouillées.

 

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Auchan
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:52

distributeurs s

 

 

Selon une étude révélée par Les Echos, les marges réalisées par les producteurs n'ont cessé de baisser depuis dix ans alors que celles des distributeurs ont bondi.

 

L'Observatoire des prix et des marges sur les produits agricoles mis en place en septembre 2010 va rendre ses conclusions ce lundi. Selon le quotidien Les Echos, les 250 pages du rapport, réalisé à la demande du ministère de l'Agriculture avec le concours de l'Insee et d'Agrimer, pointe la responsabilité des enseignes de distribution dans le maintien des prix de vente aux consommateurs malgré la baisse des prix des matières premières.

Des cerises cinq fois plus chères

Les experts, chapeautés par Philippe Chalmin, professeur d'économie à l'université de Paris Dauphine, ont étudié les productions agricoles les plus sujettes à de graves crises ces dix dernières années comme le lait, les viandes bovines et porcines, et les fruits et légumes. D'après leurs conclusions la distribution a par exemple réalisé une marge brute importante et constante sur la viande rouge alors même que les éleveurs de cette catégorie enregistre les revenus les plus bas.

 

La situation est similaire en ce qui concerne la viande de porc. En dix ans, la part du prix final allant aux éleveurs est passé de 45 % en 2000 à 36% en 2010. Dans le même temps, celle dévolue aux distributeurs a bondi de 39% à 55%. Sur le lait longue conservation, la marge brute des enseignes a doublé quand celle des producteurs diminuait. Les distributeurs appliquent aussi de fortes marges sur les fruits et légumes. La cerise bigarreau a ainsi été facturée cinq fois plus cher au consommateurs qu'elle n'a été payée par le distributeur. Seul segment où les marges des enseignes se sont réduites : les yaourts. Le rapport ne fournit pas d'explication mais Les Echos estiment que la puissance des industriels comme Danone qui parviennent davantage à négocier les prix est l'une des raisons.

 

Rapport annuel

Le rapport, qui doit aider les parlementaires à mieux s'y retrouver dans le débat opposant producteurs, industriels et distributeurs depuis des années, souligne néanmoins qu'il est difficile de suivre l'évolution du prix d'un produit de la production à son exposition dans les linéaires. Les enquêteurs regrettent aussi que les distributeurs n'aient pas fourni tous les éléments nécessaires pour déterminer la composition des marges. Des informations qu'ils espèrent réunir l'année prochaine, l'Observatoire doit en effet fournir un état des lieux de la situation chaque année.

 

 

Source: Le figaro.fr

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:30

Carrefour2.jpg

 

 

 

Le géant de la distribution redoute la sanction des actionnaires.

 

 

« Avec Carrefour, je positive ! » Dans les années 1980, ce slogan chantait les beaux jours du géant du numéro deux mondial (*) de la grande distribution. Ces temps joyeux ont vécu. Depuis quelques mois, la « positive attitude » a déserté les rayons des magasins et les couloirs d’un groupe à l’origine du concept d’hypermarché dans les années 1960.

 

L’assemblée générale des actionnaires prévue mardi au Carrousel du Louvre, à Paris, s’annonce particulièrement houleuse.

 En cause : la chute vertigineuse en Bourse de l’action Carrefour. Depuis l’automne, elle a baissé de 35 %.

Rien que la semaine dernière, elle a reculé de 6,5 %, atteignant son plus bas historique en deux ans, à 27 €.

 

Il faut dire que Carrefour a accumulé les mauvaises nouvelles ces derniers jours. Dans un communiqué laconique, le groupe a fait part du limogeage de son directeur exécutif France et d’un premier semestre catastrophique : – 35 % pour le résultat opérationnel de ses activités françaises, qui représentent 40 % de son chiffre d’affaires.

La plupart des analystes du secteur ont été surpris par l’ampleur de la chute et s’attendent que Carrefour n’atteigne pas ses objectifs annuels. Et ses concurrents français, comme Leclerc ou Auchan, n’ont de cesse de lui grignoter des parts de marché. Lars Olofsson, à la tête de Carrefour depuis 2009, doit tenter de remettre le groupe sur de bons rails. Pour cela, il a besoin de la confiance des actionnaires.

 

Parmi les sujets houleux débattus lors de cette AG figure la scission de Dia, l’enseigne hard discount qui devrait faire son entrée à la Bourse de Madrid au mois de juillet. Pour la direction, il s’agit d’un choix stratégique qui lui permettra de se concentrer sur ses enseignes propres. Au passage, les principaux actionnaires empocheraient un dividende. Mais le vote – qui requiert la majorité des voix lors de l’AG – n’est pas encore gagné.

Les actionnaires ont en mémoire un autre projet avancé par la direction. Poussé par ses premiers actionnaires, le fonds Colony Capital et le groupe Arnault (qui ensemble représentent 14 % du capital et 20 % des voix), Lars Olofsson avait annoncé son intention de se séparer de Carrefour Property, sa filiale immobilière. Avant de faire marche arrière.

Désarçonnés par les errements stratégiques, les autres actionnaires – les héritiers de la famille Defforey, l’un des fondateurs de Carrefour (10 % du capital), et ceux des créateurs de Promodès (10 % du capital), fusionné avec Carrefour en 1999 – pourraient ne pas suivre la ligne du vote. Et choisir de dire non pour manifester leur colère. De nombreux observateurs déplorent que la logique financière soit le seul maître à bord, l’unique boussole pour la gestion du groupe.

 

La maison France va mal chez Carrefour, mais c’est elle qu’il faut remettre sur pied le plus rapidement possible.

Même le lancement de Carrefour Planet, à l’automne dernier, projet emblématique censé réinventer la grande surface avec un mélange de services innovants et d’espaces thématiques, n’a pas fonctionné dans l’Hexagone. Les consommateurs français boudent les allées de ces six hypermarchés nouvelle génération.

 

Houleuse dans les rangs des actionnaires, l’ambiance est également électrique dans les allées des magasins. Ces dernières semaines, le géant de la grande distribution a connu de nombreux débrayages dans ses magasins Carrefour Market, les salariés réclamant une hausse des salaires et du pouvoir d’achat. Les syndicats ont signé un accord de fin de conflit. Et, mardi dernier, le tribunal d’Evry a condamné le groupe à 3,6 millions d’euros d’amende pour non-respect du SMIC. Chez Carrefour, on espère donc que, comme le dit le nouveau slogan, « le positif (sera) de retour ».

 

(*) Carrefour compte 15.500 magasins dans 34 pays et emploie 475.000 personnes

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 08:37

geant.jpg

 

 

 

 

Le mouvement de grève des salariés de Géant Casino Montimaran à Béziers est reconduit pour demain. La réunion entre les salariés et la direction n’a pas abouti à des résultats concrets.

Depuis ce matin, près de 90% du personnel a rejoint ce mouvement (chiffre syndicats). Il résulte d'un conflit entre les employés et la direction générale du groupe qui couve depuis plus d’un an à propos de difficultés salariales, de personnels non remplacés et par ailleurs de primes d’intéressements qui ne cessent de baisser alors que le chiffre d’affaires du groupe progresse en permanence.

 

Du personnel venu de toute la région fait tourner cette grande surface depuis ce matin pour que la clientèle ne soit pas gênée.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Géant-Casino
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 08:27

 

 

Carrefour2.jpg

 

 

Conflits sociaux, condamnation en justice, mise en doute de la stratégie: le groupe Carrefour a accumulé cette semaine les déboires avant d'admettre en catimini que ses résultats au premier semestre ne seraient pas à la hauteur, faisant chuter son cours de Bourse.

En une semaine, l'action Carrefour a perdu près de 6,5% et se retrouve à son plus bas niveau depuis deux ans, autour de 27 euros.

 

Cela représente une forte moins-value pour les deux principaux actionnaires, le fonds Colony Capital et l'homme d'affaire Bernard Arnault (14% du capital et 20% des droits de vote à eux deux), entrés au capital en mars 2007 alors que l'action cotait 53 euros.

La dégringolade du titre tombe au plus mal alors que le numéro deux mondial de la distribution réunit mardi ses actionnaires pour faire approuver le projet de scission totale de sa branche discount Dia.

 

En annonçant jeudi soir des nominations stratégiques --celles de son directeur exécutif France, Noël Prioux, et de son directeur exécutif Europe, Thomas Martin Hübner-- le groupe a glissé que ses "résultats au premier semestre, dans un environnement difficile, (étaient) inférieurs aux attentes de (sa) direction générale".

Cette formule laconique a fait réagir les marchés dès l'ouverture du marché, le lendemain. Le titre a ainsi perdu près de 6% en début de séance avant d'effacer une partie de ses pertes. Il a finalement reculé de 1,66% à 27,28 euros, enregistrant la plus forte baisse du CAC 40.

Depuis, le distributeur a précisé qu'il tablait sur une chute de 35% de son résultat opérationnel courant au premier semestre en France, mais qu'il maintenait son objectif de croissance de chiffre d'affaires et de ses résultats sur l'année.

"Alors que le groupe est en plein développement de son nouveau format d'hyper, la conjoncture reste très dégradée en France (40% de ses ventes) et surtout, la concurrence semble s'intensifier avec une guerre des prix larvée initiée par Leclerc",

 explique Jean-Marie L'Homé du courtier Aurel.

 

L'argument du distributeur est toutefois "un peu court", estime Christian Devismes du Crédit Mutuel-CIC, jugeant que si Carrefour souffre en France, ce sont ses difficultés internes qui finissent par lui nuire. Et de qualifier le numéro deux mondial de "bateau ivre".

 

Carrefour a récemment suspendu son projet controversé de cotation de son immobilier et annoncé le limogeage-surprise de son responsable pour la France, deux mois après la défection de son responsable Europe.

En outre, des débrayages ont eu lieu ces dernières semaines dans ses supermarchés Carrefour Market sur des revendications salariales, avant que les syndicats ne signent un protocole de fin de conflit.

 

Pour couronner le tout, le distributeur a été condamné mardi soir par le tribunal d'Evry à 3,66 millions d'euros d'amendes pour non-respect du Smic.

Dans ce contexte, "seule compte la remise en ordre de la maison France. Il n?est pas interdit d?espérer que le conseil d?administration ait fini par l'admettre", affirme l'analyste du Crédit Mutuel-CIC.

 

La direction de Carrefour a "les bras liés par les deux actionnaires financiers", selon Fabrice Rémon, directeur général du cabinet Deminor. Il déplore que le groupe soit "géré actuellement dans une optique purement financière à court terme".

Malgré une chute de 11% depuis le début de l'année, l'action Carrefour reflète déjà les résultats décevants du premier semestre, selon les analystes de Citi. "Il est du domaine public que les résultats en France sont sous pression et que le concept" des hypermarchés rénovés Carrefour Planet "est une déception", développent-ils, en recommandant de "conserver" le titre.

Chez Aurel, on estime qu'il faut continuer à acheter des titres Carrefour car il pourrait y avoir de la spéculation à l?approche de l?assemblée générale mardi et le démantèlement du groupe pourrait se poursuivre.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 09:49

carrefoir.market

 

 

 

Les employés des Carrefour Market étaient fortement mobilisés, vendredi et samedi, pour obtenir la réouverture des négociations.

Les salariés du groupe Carrefour ne lâchent rien.

 

Après une grève très suivie dans les hypermarchés le 9 avril dernier, qui avait contraint la direction à concéder une prime de 200 euros net, une hausse de 7 à 10 % de la remise sur tous les achats dans l’enseigne et une augmentation des salaires de 2 % au 1er mars, 60 à 80 % des salariés des 600 Carrefour Market ont débrayé, vendredi et samedi, à l’appel de la CGT.

Une première journée d’action avait déjà été organisée le 14 mai.

 

«Jusqu’à présent, la direction propose une augmentation de 2 à 2,5% au 1er juillet, ainsi que des titres-restaurants de 4 euros pour les salariés avec plus de deux ans d’ancienneté », explique Laurent Lamaury, délégué CGT d’Île-de-France. « Quand on sait que le smic va augmenter de 2 % en juillet, que l’inflation est de l’ordre de 2 %, cela signifie que pour les salariés ce serait une opération nulle », explique une salariée en grève. La CGT, majoritaire, demande notamment une augmentation de 5%. La CFDT, qui n’avait pas cette fois appelé à la grève, contrairement au 14 mai, juge également « insuffisante » la proposition de 2 % en juillet mais, pour Franck Dutertre, délégué, « ce que nous avons obtenu sur les titres-restaurants, ce n’est pas négligeable».

 

Hormis les salaires, les employés insistent sur la dégradation des conditions de travail, à la suite de la mise en place de «Tous commerçants», un système qui rend les salariés polyvalents avec des horaires différents. « Tant que la direction ne rouvre pas les négociations, les débrayages continueront chaque vendredi et chaque samedi », prévient Laurent Lamaury.

La CFDT devrait consulter ses syndiqués pour décider si elle continue ou pas.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Carrefour
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:46

 

 

16767 188020289310 808269310 2775776 6240493 s

 

 

 

 

Réunis à l'union locale CGT , délégués du personnel, élus du comité d'entreprise (CE) ainsi que du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ont protesté ce matin contre le peu de place laissée à l'action syndicale par la direction de l'enseigne "Leclerc".

 

 

"Il n'y a aucun dialogue social, nous devons porter nos victoires aux Prud'Hommes" assure une salariée. "La direction demande aux salariés d'effectuer le travail des représentants du personnel partis en heures de formation, ce qui crée des tensions entre employés", dénonce Robert Wattebled, secrétaire de l'union locale CGT de Montceau.

Concernant le climat de travail général de l'enseigne, les représentants du personnel

demandent l'intervention d'un inspecteur du travail.

 

La direction de "Leclerc" n'a pas souhaité s'exprimer avant le retour de son PDG lundi 13 juin.

 

Repost 0
Published by Caddyman - dans Leclerc
commenter cet article

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...