Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 11:04


Tribunal. Le patron de l'intermarché de Rieupeyroux n'a pas l'impression d'avoir fauté. Pourtant le personnel quittait sans cesse l'entreprise et cinq employés le poursuivent pour «harcèlement moral».


Derrière la barre, Pascal Olczac est droit comme un I. Bien habillé et les chaussures bien cirées, il récite son credo de patron de supermarché: «il y a ceux qui suivent et ceux qui ne suivent pas», «le savoir ne se conserve pas, il se transmet», «il y a des gens qui sont d'accord», «certains s'adaptent et d'autres pas». Pascal Olczac a aussi deux avocats; un pour le pénal, et l'autre pour les prud'hommes. Il faut dire que depuis qu'il est propriétaire du magasin, les procédures tombent drues.

L'homme a 49 ans, il a acheté l'affaire de Rieupeyroux en 2005, et assez vite les choses se sont dégradées. En seize mois, 32 personnes embauchées sont vite sorties de la boite, souvent licenciées après des procédures disciplinaires. Bref, la bonne ambiance. Tandis que ce patron énergique de 49 ans débite son credo au président du tribunal, quatre femmes s'agitent dans la salle.
 Un peu plus tard deux d'entre-elles fondent en larmes. «J'étais souvent humiliée et rabaissée devant les clients. Il me traitait d'incapable, de bonne à rien. Le personnel baissait la tête, il était résigné, il avait peur».

Christelle est l'une de celle qui a trinqué. Fine, grande, élégante, elle a constaté «un changement de comportement dès que le CDD est devenu CDI». Et elle n'est pas la seule. Pour Isabelle, «le plus terrible a été le dernier mois, avant mon licenciement. Je prenais sur moi pour tenir, j'ai perdu 13 kilo, j'étais sous anti-dépresseur». Une fois l'entreprise quittée, grosse décompensation et séjour à l'hôpital pour amortir l'atterrissage. La liste s'allonge; une autre: «il me disait: vous avez une cervelle sous vos cheveux blonds ? Je voyais des filles en larmes à l'accueil, on marchait aux cachets, on ne prenait pas les pauses...».

L'enquête établira trois tentatives de suicide (dont un jeune comptable a qui on faisait passer la serpillière) et une floraison d'arrêts de travail, un système de sanctions et des propos humiliants. Mais le droit est clair, le harcèlement doit être prouvé pour entrer en condamnation. «Les effets provoqués par ces conditions de travail suffisent à l'établir» estime le procureur Camous. «Une entreprise ça n'est pas que des chiffres, les salariés ne se sentaient pas bien, ils avaient peur de venir travailler».
 Et de demander six mois de prison, avec sursis.

Les avocats des jeunes femmes martèlent la douleur, la bonne foi de ces femmes qui sont courageuses. «Le matin elles s'occupent des enfants et du mari pour ensuite aller au travail, avec un salaire modeste, note Me Gaudy, tout ce qu'elles demandent, c'est du respect. C'est la grande question de ce dossier, c'est le respect».

 Mais Pascal Olczac ne bouge pas, derrière la barre il est planté sur une ligne de défense arrêtée avec Me Allirol, son avocat. Le juge entrouvre une porte: «vous comprenez ce qui vous est reproché ?»
 Dénégation du prévenu: «j'ai entendu beaucoup de mensonges. Je suis un professionnel exigeant, j'aime le travail bien fait. Il n'y a pas eu de brimade, c'est complètement faux». La salle gronde. L'avocat ajoute: «je demande la relaxe. Dans ce dossier il n'y a pas de date, pas de lieux pas de témoin et je note que toutes les plaigantes ont été sanctionnées dans leur travail. Les faits sont imprécis, les témoignages suspects, mais il est vrai que le harcèlement moral est tendance, on l'a vu à France Télécom».

Délibéré à l'audience du 4 novembre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by anti.grandes.surfaces - dans Intermarché
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...