Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:44

distributeurs s

 

 

Présentée comme un soutien au pouvoir d'achat, l'opération est un échec dans les hypermarchés.

 

Certains supermarchés n'ont rien mis en place pour l'opération de Frédéric Lefebvre

 

 

La ménagère a boudé le « panier des essentiels » de Frédéric Lefebvre. Alors qu'il devait soutenir le pouvoir d'achat des Français en proposant des ingrédients de base pour nourrir une famille de quatre personnes pendant trois repas, le panier n'a pas séduit les foules. Pas séduit ? Lundi, deux semaines après le lancement de l'opération, le secrétaire d'Etat à la Consommation s'est pourtant félicité que « les enseignes ayant signé la convention déploient l'opération dans leurs magasins à un rythme soutenu et conformément à leurs engagements ». Victoire du pouvoir d'achat ? Pas si sûr lorsque l'on sillonne les rayons des principales enseignes de la grande distribution, partenaires de l'opération.

 

A Cora, dans la banlieue nord de Paris, la petite pancarte « panier des essentiels », suspendue à l'entrée du magasin, passait d'ailleurs presque inaperçue. « J'ai entendu parler de cette opération il y a deux semaines environ, assure Franca, une habitante du quartier. Mais franchement, cela ne m'intéresse pas du tout. » Les raisons de cette consommatrice ? Pas question pour elle de se faire dicter sa liste de courses.

« Avec mon mari, nous avons nos petites habitudes, explique-t-elle. Et si je vois que le panier propose des fruits et des légumes d'origine française, que j'aurais pu acheter, je ne suis pas du tout intéressée par les bouteilles d'Oasis ni par les Flamby. »

 

Au rayon fruits et légumes du magasin, personne ne remarque les quelques affichettes du logo « Panier des essentiels ». Pourtant, dans ce magasin, on a tout de même joué le jeu, au minimum. Si aucun prospectus n'est disponible à l'entrée pour connaître les produits inclus dans l'opération, on croise tout de même en rayons les produits sélectionnés avec la fameuse étiquette « Panier des essentiels ».

 

Mais c'est l'exception qui confirme la règle. Car non loin de là, à quelques kilomètres, dans un hypermarché Carrefour, on ne décèle aucun signe de l'opération. Les salariés du magasin ne sont « pas au courant » et assurent que « rien n'a été mis en place ici ». « On n'a reçu aucune directive, confie l'une d'elle. Je ne crois pas que nous le

mettrons en place dans les jours qui viennent. »

 

Pourtant, la marque assure que, depuis le matin même,

les 232 hypermarchés de France ont démarré l'opération.

Pas partout, visiblement...

 

Même schéma, ou presque, au magasin Leclerc des environs. Là, seule une petite pancarte à l'accueil liste les dix produits de la semaine. Il faut le savoir pour le voir, car dans les rayons rien ne rappelle cette sélection et aucun logo n'est visible. « On prépare les affiches », assure un manager, visiblement peu convaincu du succès de l'opération. C'est d'ailleurs le point de vue de l'un des responsables croisé ce matin-là : « Personne ne nous pose de questions, glisse-t-il. Je crois que ça va faire un flop et que c'est un effet d'annonce. Les managers des hypermarchés n'ont pas du tout été impliqués dans les discussions. Je ne crois pas que cela va tenir bien longtemps. »

 

Steak haché : son prix en question

 

Le steak haché, c’est une passion française. Chacun en consomme chaque année 42 en moyenne, soit un peu plus de 4 kg. Et depuis cinquante ans qu’il est apparu dans nos assiettes, porté par un appel d’offres de l’armée, son succès ne s’est jamais démenti. D’après le SNIV-SNCP (le syndicat des entreprises françaises des viandes), sa consommation a encore augmenté de 7 % sur les deux premiers mois de l’année !

Cette hausse inquiète d’ailleurs la Fédération nationale bovine, qui rassemble les éleveurs bovins. Selon elle, les industriels vont devoir utiliser des parties de plus en plus nobles de la vache pour faire leur viande hachée. Ce qui les contraindrait à augmenter les prix. Il faut dire qu’un tiers du muscle de l’animal y est déjà consacré. Une perspective que le SNIV dément formellement : « Actuellement, ce qui explose, c’est la vente de morceaux nobles. Certains industriels ont des croissances à deux chiffres sur ces produits ! Le prix du steak haché n’est pour l’instant pas menacé. »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...