Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 13:19

Suite à la campagne publicitaire lancée par l'enseigne E. Leclerc pour réclamer le droit de vendre des produits de médication familiale en grande surface, la présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, Isabelle Adenot (en photo), vient d'apporter sa réponse. De son côté, l'AFIPA oppose également une fin de non recevoir.

L'arrêt rendu en octobre par la Cour de cassation qui avait jugé légale la précédente campagne du groupe E. Leclerc - attaquée par un groupement de pharmaciens comme par des syndicats représentatifs de la profession -, n'a pas suffit à l'actuel dirigeant de l'enseigne qui rassemble dans ses magasins quelque 134 parapharmacies. En décidant de relancer une nouvelle campagne publicitaire pour expliquer aux consommateurs qu'il est celui qui sait « casser les prix », au besoin des produits de médication familiale, Michel-Edouard Leclerc vise une fois encore le monopole officinal. Celui là même qui interdit la vente de médicaments - princeps, génériques et OTC - hors du monde des officines pilotées par des pharmaciens, « docteurs » en pharmacie dûment inscrits au conseil de l'Ordre des pharmaciens.

Un commerce comme les autres 

A peine lancée, la campagne du fils de l'épicier de Landernau a d'ores et déjà reçu la réponse de l'Ordre des pharmaciens. « C'est l'Etat, et lui seul, comme l'a récemment confirmé la Cour européenne de justice, qui a la responsabilité de l'organisation des soins sur le territoire français, précise Isabelle Adenot, dans une lettre ouverte parue cette semaine, pour mieux souligner que les 22 500 officines réparties sur le territoire français assurent un maillage territorial qui garantit à tous les Français un accès équitable au médicament. « Il n'y a pas de "désert" pharmaceutique », souligne la présidente du CNOP pour couper court à toute critique qui voudrait que les Français n'aient pas accès au médicament en tout point du territoire. Mais l'argument qu'entend défendre cette dernière est surtout que « la pharmacie n'est pas un commerce comme les autres » et que « le médicament, bien de santé, n'est pas un produit comme les autres ». « Le médicament touche à l'essentiel : notre vie, notre santé, la sécurité de notre intégrité physique (...). C'est pourquoi tous les salariés, pharmaciens adjoints et préparateurs en pharmacie, tous professionnels de santé, ne peuvent avoir d'intéressement financier sur les ventes de médicaments. »

Incompatibilités 

« Dans une pharmacie, aucun "profilage" marketing des patients n'est imaginable, ajoute Isabelle Adenot. Car sous la croix verte, ce n'est pas un simple "distributeur" de médicaments qui exerce : le pharmacien assure de manière indépendante et sous sa responsabilité personnelle, un ensemble de services essentiels. » Sous-entendu, les pratiques de profilage des consommateurs en vigueur dans la grande distribution pourraient rapidement s'étendre à des patients captés par la grande distribution. Pour bien souligner que cette « ouverture » attendue par la maison Leclerc n'aura pas lieu - l'Etat français et sa ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, se sont déjà clairement prononcés pour le maintien en l'état du monopole officinal - la présidente de l'Ordre des pharmaciens souligne que cinq millions d'officinaux ont à ce jour déployé le dossier pharmaceutique (DP). « Le dossier pharmaceutique, devenu le premier dossier national de santé, permet d'éviter des interactions médicamenteuses et des redondances de traitements. Il améliore le conseil des pharmaciens pour un bon usage du médicament, qu'il soit prescrit ou  délivré sans ordonnance », précise dans ce cadre Isabelle Adenot. On voit mal comment les produits OTC, qui doivent à leur délivrance figurer dans ce DP, pourraient être dispensés par des grandes surfaces qui n'auront aucunement accès à ce même dossier et de ce fait ne sauront rien des éventuels risques iatrogéniques auxquels pourraient être soumis des consommateurs/patients. « Acquérir un produit de santé n'est jamais un acte anodin et n'est pas compatible avec une consommation de masse, incarnée par d'autres circuits de distribution », note dans ce registre la présidente de l'Ordre. « La longue histoire de confiance entre la population et les pharmaciens d'officine n'a jamais été démentie et n'est pas près de se terminer », conclut Isabelle Adenot.

Opposition des industriels

De son côté, l'Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (AFIPA), qui rassemble les producteurs de produits OTC, vient également de faire savoir que les industriels demeurent opposés à la vente de médicaments en grande surface. « Nous n' avons pas changé de position », a fait savoir Daphné Lecomte-Somaggio, sa déléguée générale. Une position en faveur du monopole officinal qui s'est déjà manifestée lors de la précédente campagne publicitaire initiée en avril 2008. Cette nouvelle bataille contre le monopole officinal lancée par l'enseigne Leclerc ne surprendra pas les analystes avertis.


Elle ne fait qu'agir comme un écran de fumée sur des pratiques connues et largement dénoncées par les syndicats d'officinaux lors de la campagne précédente :

celles des pressions exercées par les grands de la distribution sur les producteurs de tous horizons qui donnent lieu bon an mal an à des « marges arrière » bien supérieures au déficit annuel de la Sécu. Des marges que les consommateurs sont par ailleurs loin de retrouver dans les prix des produits proposés.



Source: Phamaceutique.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Caddyman - dans Leclerc
commenter cet article

commentaires

souscrire mutuelle 27/11/2009 10:25


super cette article
bonne continuation


Caddyman 01/12/2009 15:41


Bonjour et merci à vous...


Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...