Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:57
Fin du blocus mis en place samedi matin par une dizaine de camions devant les entrées de l'hypermarché  de Montceau-Les-Mines (Saône-et-Loire). «Un accord a été trouvé, le conflit s'est terminé en fin de matinée et les camions qui bloquaient les entrées ont été enlevés», a déclaré le directeur de cabinet du préfet de Saône-et-Loire, Xavier Czerwinski, qui s'est rendu sur place. 

A l'origine de cette action : le patron de l'entreprise de BTP TEGC de Montchanin qui, avec ses 35 salariés, demande à Leclerc de lui régler des impayés liés à une surfacturation des travaux. 

L'entreprise assure que Leclerc lui doit 1,3 million d'euros...

Pour Philippe Mereau, patron de TEGC, les travaux d'extension des réserves du supermarché en 2008, « prévus dans le devis pour être réalisés en 4 mois, ont finalement duré 18 mois à cause d'erreurs de l'architecte de Leclerc ». Or, Leclerc n'a toujours pas payé ce surcoût, s'insurge le patron. Selon lui, la surfacturation s'élève à 1,3 million d’euros, rapporte le site d'information locale Montceau News.

Pour ne pas mettre la clé sous la porte, M. Mereau a entamé une procédure judiciaire en 2010, toujours en . « Ça fait deux ans que je réclame mon argent, je suis sur le point de déposer le bilan et je ne repartirai pas sans un chèque de 650 000 euros », a-t-il assuré .

… Leclerc assure ne pas être « un mauvais payeur »

De son côté, le  de la SAS Sodimont Centre Leclerc, Jean Maillet, a dénoncé des « méthodes de voyous ». « Je ne peux pas concevoir d'être pris en otage aujourd'hui, avec mes 270 salariés », a-t-il déclaré, assurant « ne pas être un mauvais payeur ». Car selon lui, le marché de travaux pour l'extension des réserves portait en 2008 sur 3,5 millions d'euros qui ont été réglés, tout comme des factures supplémentaires de 850 000 et 100 000 euros. « Aujourd'hui, TEGC est une société aux abois, son patron estime que les travaux ont été trop longs pour lui, je l'admets, il y a eu peut-être une petite perte d'exploitation de sa part, mais c'est à la justice de juger quel montant je dois », a-t-il conclu.

Vers 9 heures, Jean Maillet est arrivé sur les lieux pour négocier avec Philippe Mereau. Ils ont été rejoints en fin de matinée par Didier Mathus, maire de la ville. Selon le patron de TEGC, l'accord signé en fin de matinée prévoit la signature d'un chèque de 500 000 euros, puis des négociations par avocats interposés sur les 150 000 restants, sous réserve qu'aucun recours ne soit introduit de part et d'autres.

LeParisien.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Caddyman - dans Leclerc
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...