Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 10:09

Carrefour2.jpg

 

 

Socialement, on peut sans exagérer dire que c’est une « bombe ».

 

 A tout le moins que l’idée est à manier avec précaution. Carrefour cherche, pour ses hypermarchés, à revoir l’organisation de ses équipes. Laquelle passe par une disparition de la notion de rayons, remplacée par celle d’équipes dédiées. Concrètement, quand le secteur des PGC est aujourd’hui organisé en rayons liquide, épicerie sèche, DPH et produits libre-service avec, à chaque fois, les mêmes tâches exécutées séparément (réception, rangement, remplissage, contrôle du stock, balisage, réassort), demain, quatre équipes viendront simplifier « le modèle opérationnel. »

 « C’est en droite ligne avec ce qui se fait ailleurs, indique Philippe Lartigue, directeur clients de Carrefour. C’est un modèle très anglo-saxon, efficace, que nous utilisons déjà chez Carrefour Pologne. »

Testé depuis quelques mois dans les magasins de Villiers-en-Bière et Bègles, « ce nouveau modèle opérationnel » sera bientôt déployé dans une centaine d’autres points de vente du groupe, selon nos informations.

 

Il prévoit une organisation en quatre équipes dédiées. Deux pour le remplissage :

 la première de nuit (2h-9h30), chargée de nettoyer le rayon, et le remplir, dans le respect du plan de merchandising prévu ;

la seconde, de jour (13h30-21h), aura pour mission de maintenir le rayon en état, et notamment d’éviter les ruptures.

Les deux dernières équipes se verront confier des tâches plus en amont : une sera en charge de la réception de la marchandise et de son éclatement par allées (15h30-23h), afin de préparer le réassort et limiter ensuite, aux autres équipes, les sempiternels allers-retours magasin-entrepôt.

La dernière, avec pour mission de soigner la relation client, devra veiller à la fiabilité des stocks et des prix (6h-13h30). Chacune de ces équipes sera dirigée par un manager.

Ces quatre managers dépendront, eux, d’un chef de secteur.

 

Les premiers résultats de l’expérimentation, que LSA s’est procurés, témoignent d’un certain succès : le niveau de rupture est tombé à 2,5% dans le magasin de Villiers (contre 4,3%) et à 3,7% dans celui de Bègles (contre 7,4%). Les anomalies d’étiquetage, elles, sont passées à 0,99% à Villiers (contre 2,72%) et à 1,5% à Bègles (contre 1,85%).

 

 

Source LSA

 

 

« C’est en droite ligne avec ce qui se fait ailleurs, indique Philippe Lartigue, directeur clients de Carrefour. C’est un modèle très anglo-saxon, efficace, que nous utilisons déjà chez Carrefour Pologne. »

 

Quelqu’un peu peut être rappeler comment est structuré Warl Mart, le N° 1 de la distribution mondiale ?

 

Des magasins sciemment en sous effectifs, avec employés payés le plus bas possible, (au point qu’au jour d’aujourd’hui, des villes aux Etats-Unis refusent l’implantation et l’ouverture de magasins Warl Mart)  des produits sans aucune traçabilité que ce soit  au niveau de leur provenance géographique  et de leur fabrication (OGM), une politique du tout « made in Asie »…

 

 

Bref 10 ans après le mariage arrangé (voire forcé?...) par Paris et Bruxelles  entre Carrefour et Promodès (Continent, Champion), afin d’éviter la prise de contrôle de l’une ou l’autre enseigne par Warl Mart, Lars olofsson prépare la jeune fille avant de la marier…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Caddyman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...